Archives par mot-clé : Ducrot

Sur le performatif (2) – Qu’il n’existe peut-être pas

Les fortunes du performatif sont frappantes par la disparité des conceptions et hypothèses qui s’y manifestent. Devons-nous alors décider qui a raison ? Devons-nous rejeter des approches parce qu’elles seraient fautives ou aborderaient des éléments finalement assez éloignés du performatif ? (Culler 2006 §61)

Dans le billet précédent, j’ai abordé la question du performatif en essayant de savoir si la force de celui-ci se trouvait du côté du social ou de la langue. J’ai dans ce cadre présupposé cette force du performatif même : c’est ce qu’il s’agira précisément dans ce billet de questionner. Si, parfois, dire, c’est faire, il faut tout de même se demander : que fait exactement un performatif ? L’idée est moins de s’interroger sur l’intention du sujet, sur l’importance des conventions, etc. pour qu’un performatif réussisse (questions abondamment traitées en pragmatique et en philosophie du langage), que de se demander ce que veulent dire les théories du performatif quand elles disent que les énoncés performatifs font.

Cela me semble important pour plusieurs raisons :

– tout d’abord, parce que la notion a un succès certain, qui dépasse de loin le seul champ de la philosophie ou de la pragmatique (on en trouve plusieurs exemples dans l’article de Culler cité en exergue, mais ce sont loin d’être les seuls). S’il ne s’agit pas d’être puriste, cela conduit à un certain affaiblissement de la notion, souvent résumée au fait que les mots ont des effets. Plus encore règne un certain flou : qu’est-ce qu’un énoncé performatif ? Est-ce un énoncé qui a des effets ? Qui fait ce qu’il dit ? Qui fait advenir ce qu’il dit ? Qui est ce qu’il dit ? Tout cela n’est pas la même chose. Continuer la lecture de Sur le performatif (2) – Qu’il n’existe peut-être pas