Le discours de quoi ?

7153093241_d169dd5416_z

Ou « le sexe est il un objet d’étude pour la linguistique ? »

J’ai parlé ici de la différence entre sexe et genre, en concluant qu’il me semblait utile, au moins de manière heuristique, de les séparer en certains points. J’aimerais à présent me demander qui, du sexe ou du genre, peut être l’objet de la linguistique, et plus précisément de l’analyse du discours. Ma thèse porte sur le sexe ; mais plus j’avance plus je me rends compte que mon travail porte finalement très peu sur le sexe, et beaucoup sur le genre. C’est une constatation que j’ai d’abord trouvée étonnante dans la mesure où ce sont bien des sexes, des concentrations hormonales, des longueurs de pénis et clitoris qui sont à la base de mes recherches.

Travailler sur discours et genre, ne pose pas spécifiquement de problème : le genre et le discours entretiennent des liens étroits. La question se corse lorsqu’on cherche tout de même  à considérer le sexe dans sa matérialité biologique et à l’intégrer à une théorie du discours.

Sciences du vivant et linguistique

La question du biologique ou de la nature occupe peu de place dans la linguistique des textes et des discours. C’est assez logique : les discours et leur circulation sont par essence sociaux (que le langage soit pour les humains naturel ou non est un autre problème). Par exemple, l’ouvrage de Moirand Les discours de la presse quotidienne s’intéresse aux discours médiatiques sur la vache folle et les OGM notamment. Ce sont des phénomènes « biologiques » ou du moins qui concernent les sciences du vivant. Mais Moirand ne se pose pas la question de savoir si les mots employés par la presse font quelque chose aux OGM et aux vaches : ce qui l’intéresse c’est de savoir comment fonctionnent les discours. Ce n’est pas un ouvrage sur la vache folle, c’est un ouvrage sur la presse et la vulgarisation scientifique (comme l’indique par ailleurs le titre). Or, l’intérêt de travailler sur les discours sur le sexe, c’est aussi de comprendre ce que ces discours font au sexe, dans sa matérialité. Le référent du discours, le sexe, doit toujours être gardé en tête. Bien sûr,  je m’intéresse au mode de fonctionnement des discours ; mais le référent de ces discours ne m’est pas indifférent. Pour le dire autrement, je pense que Moirand aurait pu aussi bien travailler sur les pilules de 3ème génération ou sur la cigarette électronique, selon l’actualité médiatique. Sa problématique n’était pas de montrer que les discours les vaches ou les OGM étaient faux ou encore qu’ils faisaient quelque chose aux vaches.  En ce qui me concerne le sexe est au centre et à la base de mon travail. Ce qui intéresse Moirand, pour garder le même exemple, ce sont les discours et la presse, pas les OGM. Dans mon cas, ce sont les discours mais aussi le sexe.

Cela rend mon travail dépendant des sciences naturelles, ce qui est parfois assez déconcertant. En effet, cela m’amène à sortir régulièrement de mon champ de compétence. J’ai passé les premiers mois de ma thèse à lire des ouvrages de biologie, non pas pour les étudier en tant que discours mais bien pour acquérir des connaissances sur le sexe. Ces connaissances sont nécessaires pour appuyer mes analyses des discours. Pour donner un exemple, le corps médical considère que, dans les cas d’intersexuation, les enfants sont soit des filles « virilisées », soit des garçons « insuffisamment virilisés » : la « virilisation » est le processus actif, la « féminisation » c’est le neutre. Ma démonstration du présupposé genré de la supériorité du masculin dans ces expressions est d’autant plus forte si je peux montrer que, biologiquement, la détermination du sexe du fœtus ne se fait pas uniquement dans le sens mâle mais que la détermination du sexe féminin est elle-aussi active (c’est le cas). Ces discours gouvernent évidemment les pratiques médicales (dans ce qu’elles ont de plus concret, c’est à dire les opérations sur le sexe). Les discours sur le sexe font donc quelque chose au sexe, mais ces discours sur le sexe sont-ils autre chose que du genre ?

Fiction du sexe hors du discours

 Selon Butler, on peut considérer que le sexe est une élaboration discursive[1]. Dans le cadre butlérien, travailler sur le sexe, c’est travailler sur le genre :

Lorsque la distinction entre sexe et genre est associée à la défense d’un constructivisme radical, le problème s’aggrave encore, car le « sexe » qui est défini comme antérieur au genre, est lui-même un postulat, une construction, se présentant au sein du langage comme ce qui est antérieur au langage, et antérieur à toute construction. Mais ce sexe postulé comme antérieur à la construction devient, du fait qu’il est postulé, l’effet de cette postulation, la construction de la construction. Si le genre est la construction sociale du sexe, et s’il est impossible d’accéder à ce « sexe » excepté au moyen de cette construction, alors il semble que non seulement le sexe est absorbé par le genre, mais encore que le « sexe » devient quelque chose comme une fiction, un fantasme peut-être, installé de façon rétroactive en un lieu prélinguistique auquel il n’est pas possible d’accéder directement.  (2009[1993]: 19)

Ce qui intéresse Bulter, c’est de comprendre comment les sexes émergent à travers les discours, comment ils se matérialisent comme étant déjà-là. Il s’agit donc de comprendre comment les discours construisent les sexes comme n’étant pas du discours. Butler ne dit pas qu’il n’y a pas de matérialité corporelle ; mais sa pensée cherche à envisager le sexe à travers les discours : dans ce cadre le sexe est pour Butler englobé dans le genre. On remarque chez Butler que genre et discours sont quasi-synonymes ou en tous cas peuvent être interchangeables. Si on retrace grossièrement le chemin : le sexe est englobé dans le genre (et le genre crée le fantasme d’un sexe qui lui serait antérieur), le genre est lui-même un processus discursif. Ici pas de problème : travailler en linguistique sur le sexe, c’est faire apparaître à quel point le sexe est du genre, c’est à dire à quel point il est construit discursivement.

            Butler insiste bien sur le fait qu’il s’agit d’un axe parmi d’autre d’appréhension du sexe, ce qui ne veut pas dire que le sexe soit entièrement soluble dans les discours. Par ailleurs, elle l’avoue elle même : à chaque fois qu’elle veut parler du corps dans sa matérialité, elle parle des discours :

J’avoue […] ne pas être une très bonne matérialiste. Chaque fois que j’entreprends d’écrire sur le corps, mon texte finit par porter sur le langage. Ce n’est pas que je considère que le corps puisse être réduit au langage : ce n’est pas le cas. Le langage surgit du corps, comme une sorte d’émanation. Le corps est sur quoi le langage vacille, et le corps véhicule ces propres signes, ses propres signifiants, en des termes qui demeurent largement inconscients. (2006 : 226)

            Mais dans le cadre de Butler, s’intéresser au sexe en discours, c’est forcément prendre l’axe du genre, aussi frustrant que cela puisse être.

Pour débrouiller un peu tout ça….

 Le titre de ce billet est évidemment une référence à Hacking et à son ouvrage La construction sociale de quoi ? Il semble intéressant de noter que discours peut quasiment être pris comme synonyme de construction sociale : les discours produisent du sens, de l’idéologie, et servent à élaborer un rapport au monde. Les constructions sociales[2] sont dans ce cadre complètement tributaires des discours. En suivant Hacking, si on considère que le sexe (par exemple) est une construction sociale, il faut alors  se demander « la construction sociale de quoi ? ». Je mets donc en parallèle cette question avec les discours : les discours sur le sexe sont les discours de quoi ? Je reprendrai ici quelques distinctions de Hacking pour y voir plus clair.

Délimiter le processus  et le produit.

Hacking remarque que le mot construction peut référer à la fois au processus et au produit de ce processus : ainsi, pour prendre un exemple simple, construction peut référer aussi bien au processus de bâtir une maison (creuser des fondations, construire des murs, poser un toit) qu’à la maison elle-même une fois construite. De même, il faut distinguer les processus de production/découverte du sexe et le sexe lui-même. Les représentations de la binarité/complémentarité des sexes, les protocoles d’expérimentation, l’institution médicale par exemple sont une « construction sociale » ; ça ne veut pas dire que le sexe (les chromosomes, les hormones, les organes génitaux) en sont une.

Dans ce cadre :

1)   Les représentations et idéologies du sexe qui nourrissent abondamment pratiques et discours médicaux sont évidemment des constructions ; ils sont du côté du social, et ils sont du genre à n’en pas douter.

2)   C’est sur ces derniers que l’on peut travailler en linguistique : jusqu’à présent, un chromosome ne parle pas.

3)   Travailler sur les discours sur le sexe, c’est alors travailler sur le genre.

Genres interactifs et indifférents :

Mais là où les choses se compliquent, c’est que le processus (la construction) et le produit (le construit) ne peuvent pas être complètement séparés : bien souvent, le « produit » à un effet sur le processus, et vice-versa. De même les classifications langagières, construites en discours, ont un effet sur ce qui est classifié : « Parce que les genres [≈ le construit] peuvent interagir avec ce qui est classifié, la classification elle-même peut-être modifiée ou remplacée » (2008[1999] : 145)

Considérant ces objets ou ces produits (à distinguer des processus) Hacking opère alors  une autre distinction : il divise les produits en genres interactifs et genres indifférents (qui n’ont rien avoir avec le genre « sexe social », ce qui ne va pas rendre les choses évidentes) :

Les genres interactifs : il s’agit de genres qui peuvent interagir avec les classifications dans lesquels ils sont pris, peuvent en avoir conscience, les critiquer, les contester voire les modifier, comme par exemple le fait d’être catégorisé comme « femme » ou « handicapé » :

Nous sommes affectés par les manières dont le fait d’être une femme ou d’avoir un handicap est conçu, décrit, ordonné par nous-mêmes et par le réseau des milieux au sein desquels nous vivons. […] De tels genres (de personnes ou de comportements) sont des genres interactifs. Cette horrible expression a le mérite de nous rappeler les acteurs, la capacité d’agir et l’action. (2008[1999] : 146)

Les genres indifférents : ils sont définis par rapport aux genres interactifs. Il s’agit d’entités qui sont indifférentes au fait qu’on les nomme, même si ça ne veut pas dire qu’ils n’ont pas d’importance dans la vie humaine et sociale :

[…] indifférent ne veut pas dire passif. La classification plutonium est indifférente, mais le plutonium est singulièrement non passif. Il tue. Il n’existe que parce que les êtres humains l’ont créé. […] le plutonium a une relation tout a fait extraordinaire avec les humains. Eux l’ont fait, et lui les tue. Mais le plutonium n’interagit pas avec l’idée de plutonium, en vertu de la conscience qu’il aurait d’être appelé plutonium ou de l’expérience qu’il aurait de l’existence du plutonium institutionnalisé, telle que les réacteurs, les bombes et les lieux de stockage.  (2008[1999] : 147-148)

Hacking explique que la question de la « construction sociale » est particulièrement compliquée pour les genres qui sont à la fois indifférents ET interactifs, et donne l’exemple de l’autisme. J’aurais tendance à considérer que le sexe est également un genre à la fois indifférent et interactif. Indifférent dans la mesure où les chromosomes X et Y ne sont pas réflexifs, n’ont pas conscience d’eux-mêmes et ne tiennent pas de discours. Mais interactif aussi, car les sexes sont incarnés dans des personnes. Ces personnes ont conscience d’elles-mêmes et tiennent des discours : elles interagissent avec ce sexe, le catégorisent, lui donnent un sens, le créent, le modifient (qu’on pense encore une fois aux quantités d’estrogènes absorbées par les femmes sous pilule contraceptive, et aux quantités de discours sur la pilule).

Dans ce cadre, les discours sont un puissant outil d’action sur le sexe. Ici, les discours sont en rapport direct avec le sexe, voire créent du sexe. Bien évidemment, ces discours sont construits au prisme du genre et de ses représentations. Mais ils ont un impact direct sur le sexe lui-même. Cependant, cet impact, je ne peux pas le mesurer, je ne peux pas l’observer scientifiquement : il ne relève pas de ma compétence d’étudier ce que change la pilule pour le corps de ceulles qui la prennent. Ce que je peux étudier, ce sont uniquement les discours sur ces actions sur le sexe.

 J’en viens donc à cette conclusion assez frustrante dans une certaine mesure : les discours sur le sexe ne sont pas uniquement compréhensibles en terme de genre ; en revanche ils ne sont appréhendables, en linguistique, que de cette manière.


[1] Ce qui, car apparemment il faut encore le rappeler même si Bulter l’explique depuis 1993, ne veut pas dire que l’on peut changer de sexe ou de genre comme de chemise.

[2] Hacking critique l’utilisation de construction sociale, en montrant notamment que la formule est redondante. Je la conserve, même si je suis complètement convaincue par cette critique, car il me semble que construction seul n’est pas assez explicite.

 

Bibliographie :

Butler, J., 2009 [1993]. Ces corps qui comptent ; de la matérialité et des limites discursives du « sexe », Paris, Éditions Amsterdam.

Butler, J., 2006. Défaire le genre, Paris, Editions Amsterdam.

Hacking, I., 2008[1999]. Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, La Découverte.

 

Crédits photos : Hollyburn School under construction, West Vancouver Archives.

Cite this article as: Noémie Marignier, "Le discours de quoi ?," in Corps et Mots , 21/02/2014, https://corpsmots.hypotheses.org/85.

5 réflexions sur « Le discours de quoi ? »

  1. finalement, tu passes par Hacking et reviens à Butler 🙂 mais n’est-ce pas simplement un effet du champ d’étude comme tu le dis en conclusion, qui de fait limite le regard sur un phénomène par les paramètres nécessaires du champ en question? et cela, même si tu as besoin de connaissances biologiques sur le sexe pour étayer une partie de ce que tu souhaites démontrer (c’est à dire les effets des discours sur le sexe, qui en viennent à empêcher de voir ce qui se passe biologiquement)
    Dans un autre domaine, ça me fait penser à un très bel article de Jean Guillaumin, « La blessure des origines », parlant de la représentation de l’origine en psychanalyse, et de l’ambivalence qu’on peut éprouver à devoir toujours se déplacer entre réalité psychique et réalité matérielle à l’écoute des patients, ce qui peut amener un durcissement théorique défensif en rapport avec le concept d’originaire: c’est à dire ce qui serait comme le roc du réel en soi, le toujours déjà là qui déterminerait de manière univoque l’origine de la vie psychique, de la sexualité, du traumatisme, et de la perception même de la réalité. In fine, l’origine réelle doit être mise en suspens, et postulée comme indécidable, comme toujours à refaire, à reprendre dans le travail analytique, car le recours à une origine réelle inquestionnable menacerait de »bloquer l’appareil psychique de la psychanalyse par son appareil conceptuel ») et l’univocité est très rare dans le discours. Le terme même de « réalité psychique » est bien porteur lui-même de cette ambivalence qui ne tranche pas entre le réel en soi inconnaissable bien que parfois pointé, postulé par le discours et la vie psychique en mouvement constant. Enfin voilà, mes réflexions annexes à ce propos dans mon propre champ 🙂

    1. Merci pour ton commentaire !
      Si tout à fait, c’est un effet du champ d’étude. C’est à dire que face à un objet (le sexe) qui peut s’appréhender de manière pluri-disciplinaire, il faut accepter qu’on ne puisse en dire que très peu de choses ! D’où ma frustration.
      Je ne connaissais pas l’article de Guillaumin, je vais regarder ça. Ce que tu expliques me parle beaucoup. En analyse du discours, c’est un peu le même genre de problèmes : il faut naviguer entre le référent et les discours, sachant que les discours ne sont le référent mais entretiennent un étroit rapport de co-construction perpétuelle avec lui…

    2. Je t’en prie! alors cet article se trouve dans son livre « entre blessure et cicatrice. Le destin du négatif dans la psychanalyse » je te préviens quand même: l’écriture de guillaumin est belle et littéraire mais très dense et construite, j’ai dû lire l’article trois fois pour vraiment l’assimiler, et je ne t’en ai résumé ici que le propos global sans les références précises qu’il fait fonctionner dans le texte, et qu’il analyse de manière serrée (notamment « totem et tabou » par exemple) par contre, il donne bien à chaque fois toutes les références sur lesquelles il s’appuie, ce qui est appréciable.

  2. Bonjour,

    Ce que vous dîtes me fait penser à cette causerie d’Althusser sur Helvetius, qu’on peut trouver ici.

    http://www.ubu.com/sound/althusser.html

    Je sais pas en quoi, mais vous vous sauriez sûrement. « Helvetius reproche à Rousseau l’importance qu’il accorde à la constitution organique de l’homme » dit-il un moment.

    Pour Helvetius, l’homme est d’une plasticité absolue aussi, et l’éducation comme concept généralisé de l’histoire humaine.

    Enfin bref, bonne écoute si vous avez le temps, que vous connaissiez pas et que c’est pertinent pour votre recherche (ça parle quand même beaucoup de déterminisme et de liberté).

    1. Je vais écouter ça, merci. Althusser est une référence très importante pour moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.