Sur le performatif (2) – Qu’il n’existe peut-être pas

Les fortunes du performatif sont frappantes par la disparité des conceptions et hypothèses qui s’y manifestent. Devons-nous alors décider qui a raison ? Devons-nous rejeter des approches parce qu’elles seraient fautives ou aborderaient des éléments finalement assez éloignés du performatif ? (Culler 2006 §61)

Dans le billet précédent, j’ai abordé la question du performatif en essayant de savoir si la force de celui-ci se trouvait du côté du social ou de la langue. J’ai dans ce cadre présupposé cette force du performatif même : c’est ce qu’il s’agira précisément dans ce billet de questionner. Si, parfois, dire, c’est faire, il faut tout de même se demander : que fait exactement un performatif ? L’idée est moins de s’interroger sur l’intention du sujet, sur l’importance des conventions, etc. pour qu’un performatif réussisse (questions abondamment traitées en pragmatique et en philosophie du langage), que de se demander ce que veulent dire les théories du performatif quand elles disent que les énoncés performatifs font.

Cela me semble important pour plusieurs raisons :

– tout d’abord, parce que la notion a un succès certain, qui dépasse de loin le seul champ de la philosophie ou de la pragmatique (on en trouve plusieurs exemples dans l’article de Culler cité en exergue, mais ce sont loin d’être les seuls). S’il ne s’agit pas d’être puriste, cela conduit à un certain affaiblissement de la notion, souvent résumée au fait que les mots ont des effets. Plus encore règne un certain flou : qu’est-ce qu’un énoncé performatif ? Est-ce un énoncé qui a des effets ? Qui fait ce qu’il dit ? Qui fait advenir ce qu’il dit ? Qui est ce qu’il dit ? Tout cela n’est pas la même chose.

– la question se pose également plus largement par rapport à la place accordée au langage dans les mouvements militants, mais aussi dans les sciences humaines et sociales. D’une part, au-delà du contexte des SHS cité plus haut, certaines tendances des mouvements militants que j’étudie (c’est-à-dire principalement féministes et/ou LGBTQI+) adhèrent fréquemment, sinon au concept de performatif, au moins à l’idée que les mots « ont des effets ». C’est en ce sens que l’on peut lire que les certains mots « tuent » ; que les « étiquettes » de l’identité sexuelle contribuent à faire exister les sexualités alternatives ; que « l’écriture inclusive » « façonne la pensée »[1]. Dans ce type de discours, il peut y avoir une sorte de foi magique dans le discours, dans la langue, qui aurait le pouvoir de changer l’ordre social par le simple fait d’être énoncée. Je résume bien sûr grossièrement cette position, mais cette tendance me semble devoir être prise en compte : celle qui considère que dire, c’est en quelque sorte conduire immédiatement et unilatéralement ce qui est dit — le faire. D’autre part, et de manière apparemment radicalement opposée, certains chercheur-ses et militant-es en SHS s’opposent assez fortement à cette approche du tout-discours. Est souvent mis en cause le linguistic turn, et critiqué le fait de s’intéresser aux matérialités langagières et aux représentations qu’elles charrient, en faisant valoir le fait qu’il est bien plus pertinent politiquement et socialement de s’intéresser au concret, aux réalisations effectives — bref à ce qui existe effectivement et pas simplement aux discours. Je cite régulièrement cet extrait de Delphy ; mais je pense également à des propos moins explicites, par exemple à une récente évaluation d’un de mes papiers pour une revue de sciences humaines qui évoquait « mes limites disciplinaires » en faisant valoir que « les sciences sociales [étaient] quasiment absentes des références bibliographiques » — ce qui sortait complètement l’analyse du discours des dites sciences sociales, et m’excluait la possibilité de dire quelque chose des faits sociaux. Assez logiquement, cette position s’assortit généralement d’une approche du langage comme transparent : puisqu’il ne s’agit pas pour ces SHS de travailler sans langage (des entretiens sont réalisés, des enquêtes menées, etc.), mais que le questionner n’est pas digne d’intérêt, celui-ci perd alors toute matérialité pour acquérir un simple rôle référentiel : il est considéré et traité comme donnant accès sans médiation aux choses, aux faits, aux volontés, etc. (ou alors quand le langage semble s’épaissir, cela est considéré comme une difficulté à résoudre, et non comme un phénomène absolument général).

On voit alors se dessiner deux positions distinctes. La première fond le langage dans le faire : dire et faire finalement c’est la même chose. La seconde au contraire sépare radicalement le dire et le faire/les faits, comme si le langage, les représentations n’étaient pas directement et profondément impliquées dans les relations et les choses sociales, comme si elles venaient par après « polluer » l’accès à/l’étude de la vraie réalité sociale. Ces deux positions (bien sûr grossièrement résumées) sont insatisfaisantes à mon sens. Ce qui me semble intéressant, c’est le fait que, si elles semblent à première vue s’opposer, elles partagent au moins un point commun : l’idée d’une certaine transparence du langage et des discours. En effet, dans un cas, le dire est immédiatement effectif : dire, c’est faire, dire c’est atteindre ce que l’on veut nommer, le créer, le faire. Dans l’autre cas, une fois les représentations évacuées et/ou niées, ne reste finalement plus que le langage qui atteint la chose même, l’idéologie qu’un chat est un chat. Bref dans les deux cas, l’épaisseur langagière est une dimension oubliée.

C’est cet oubli double[2] que je voudrais traiter à terme. Mais, dans ce billet, mon propos sera plutôt de problématiser le premier type d’argument : que le langage peut, parfois, faire ce qu’il dit. Ce faisant, et en prenant au sérieux la question de la performativité, on observera un certain nombre de paradoxes dans les théorisations du performatif – et notamment qu’une théorie linguistiquement solide du performatif ruine l’idée d’une adéquation du dire au faire, précisément à cause de l’épaisseur langagière qui réapparaît toujours par la fenêtre quand on la chasse par la porte. Partant, je tenterai de poser les bases d’une réflexion en analyse du discours sur ce que l’on peut appeler (dans un ancrage phénoménologique et derridien) l’effet de présence, qui constitue une synthèse et une problématisation de l’oubli double de la matérialité langagière mentionné ci-dessus. Pour cela, je reviendrai sur des textes fondateurs des questions de la performativité, en m’ancrant dans la pragmatique plus que dans la philosophie du langage, pour des raisons que je justifierai plus loin. Il s’agit donc d’effectuer un parcours (nécessairement incomplet) dans les théories du performatif en essayant de saisir ce qu’implique « faire des choses avec des mots ».

Austin

J’essaierai d’être brève ici, tant le texte est connu et que de multiples introductions existent. Je me contenterai de présenter les différents points qui m’intéresseront par la suite.

On le sait, Austin part du constat que la philosophie qui s’intéresse au langage porte de manière trop exclusive sur les énoncés affirmatifs, pour examiner leur valeur de vérité. Austin entend s’intéresser à d’autres énoncés, qui ne sont ni vrais ni faux, parce que leur fonctionnement est de faire : les performatifs. Il donne l’exemple du Oui [je le veux] du mariage ou encore du Je baptise ce bateau le Queen Elizabeth (Austin 1970 : 41 [5]) et :

Pour ces exemples, il semble clair qu’énoncer la phrase (dans les circonstances appropriées, évidemment), ce n’est ni décrire ce qu’il faut bien reconnaître que je suis en train de faire en parlant ainsi, ni affirmer que je le fais : c’est le faire. Aucune des énonciations citées n’est vraie ou fausse : j’affirme la chose comme allant de soi et ne la discute pas. (1970 : 41 [6])

Dans un premier temps, Austin distingue les énoncés qu’il nomme constatifs, et qui ne font que décrire/affirmer un état de fait (et sont donc soumis à valeur de vérité) des performatifs (qui font par le simple fait d’être dits et pour lesquels il n’est pas question de la valeur de vérité). Son projet est alors de fonder la différence entre les deux types d’énoncés. Austin essaie tout d’abord de fonder cette différence sur un critère grammatical : il doit y avoir des marques du performatif. Le problème est que cela ne marche pas, pour plusieurs raisons :
– les critères apparents (première personne, présent de l’indicatif) des performatifs prototypiques (je jure, je baptise, je promets, etc.) ne marchent pas toujours pour ce qui est de trouver des critères formels des énoncés performatifs. Par exemple : Il est interdit de fumer, Vous êtes éliminé ou pire Eliminé ! font ce qu’ils disent (ils interdisent et éliminent) mais pourtant ne présentent pas les critères grammaticaux souhaités.
– certains énoncés peuvent être parfois performatifs, parfois constatifs : C’est à vous peut aussi bien accorder la parole à un interlocuteur (et dans ce cas être performatif) que décrire un état de fait, le fait d’identifier que le sac qu’on voit devant soi est à l’interlocuteur par exemple (et dans ce cas l’énoncé est constatif). (1970 : 86 [62])

Austin est alors conduit dans la sixième conférence à faire une distinction qui m’intéresse particulièrement entre performatifs primaires et performatifs explicites. L’idée est que tout énoncé performatif peut être reconduit à une forme en 1ere personne + verbe à l’indicatif présent : C’est à vous à Je vous autorise à parler/je vous donne la parole ; Eliminé ! à Je vous élimine. Le passage est très clair :

Nous pourrions peut-être supposer que toutes les énonciations performatives qui, en fait, ne présentent pas la forme privilégiée « Je x que », ou « Je x de », ou « Je x », pourraient être « ramenées » à cette forme, et devenir ainsi ce qu’on appellera des performatifs explicites. (Austin 1970 : 89 [68])

Selon Austin, les performatifs explicites ne seraient que des versions plus claires de performatifs historiquement antérieurs : en se développant (oui c’est bizarre…), le langage aurait eu besoin de clarification sur ses emplois, d’où l’apparition de performatifs explicites pour indiquer qu’il s’agit bien d’actions réalisées par le fait de dire. Les performatifs primaires seraient quant à eux des reliquats d’états antérieurs ambigus du langage, mais qui peuvent être explicités. Je mets la citation en entier (d’une grande clarté même si on peut franchement s’interroger sur l’existence de fondements historiques pour les performatifs primitifs) où Austin présente cette hypothèse :

[…] historiquement, du point de vue l’évolution du langage, le performatif ne serait apparu qu’après certaines énonciations plus primaires ; énonciations dont plusieurs, au moins, sont déjà des performatifs implicites, inclus (comme parties d’un tout) dans la plupart des performatifs explicites (ou dans bon nombre d’entre eux). « Je ferai », par exemple, serait apparu avant « Je promets que je ferai… ». L’interprétation la plus plausible — je ne sais trop comment on pourrait la justifier adéquatement — serait la suivante : dans les langages primitifs, on ne distinguait pas encore clairement (on ne pouvait même pas encore distinguer) les diverses actions que nous étions susceptibles d’accomplir de celles que nous accomplissions effectivement (pour employer des distinctions qui ne sont apparues que plus tard). […] On peut supposer aussi que la distinction explicite des diverses valeurs possibles d’une énonciation fut une réalisation tardive du langage, et une réalisation considérable. Les formes primitives ou primaires de l’énonciation gardent ainsi l’« ambiguïté », l’« équivoque », ou le « vague » du langage primitif ; elles ne rendent pas explicites la valeur précise de l’énonciation. (Austin 1970 : 92-93[71‑72])

Mais là encore, Austin voit immédiatement toute une série de problèmes apparaître, notamment en ce qui concerne les performatifs assertifs (c’est la septième conférence). Il s’agit de s’interroger sur des énoncés tels que J’affirme que la terre est ronde. Si je dis J’affirme que la terre est ronde on voit bien un acte performatif d’affirmer. Mais d’autre part mon énoncé est aussi un constat : la terre est ronde. Mon énoncé pose donc un constat la terre est ronde, mais d’autre part il réalise un faire : j’affirme. Le problème est majeur et ne concerne pas que les assertifs (je renvoie au texte de la 7e conférence). De ce fait, Austin abandonne l’idée de séparer constatifs et performatifs, car cela pose trop de problèmes et semble non fondé.

 Finalement, Austin en revient à la source : que peut faire un énoncé et comment ? Il substitue alors à la distinction énoncé constatif/énoncé performatif, la distinction acte locutoire/acte perlocutoire/acte illocutoire. Le glissement est d’importance : si la distinction constatif/performatif concernait les énoncés pour tenter de les trier entre eux (et on a vu que c’était impossible), la distinction locutoire/perlocutoire/illocutoire concerne les actes effectués par les énoncés. C’est-à-dire qu’il s’agit pour un même énoncé de considérer les trois différents actes qu’il peut réaliser. L’acte locutoire consiste dans le contenu affirmé de l’énoncé (ce qui est donc soumis à valeur de vérité). L’acte illocutoire, c’est l’acte que je réalise en disant l’énoncé (c’est donc là que ce niche la performativité d’un énoncé). L’acte perlocutoire, ce sont les effets et conséquences non prévues et non conventionnelles auxquels mon énoncé peut donner lieu. Par exemple, le panneau Attention au chien. Acte locutoire : il y a un chien (méchant, potentiellement). Acte illocutoire : avertissement. Acte perlocutoire : créer la peur, dissuader d’entrer, etc.

Austin résume ainsi au début de la 9e conférence :

Nous avons reconnu, en premier lieu, l’ensemble de ce que nous faisons en disant quelque chose, et nous l’avons nommé acte locutoire. Nous entendons par là, sommairement, la production d’une phrase dotée d’un sens et d’une référence, ces deux éléments constituant à peu près la signification — au sens traditionnel du terme. Nous avons avancé, en second lieu, que nous produisons aussi des actes illocutoires : informer, commander, avertir, entreprendre, etc., c’est-à-dire des énonciations ayant une valeur conventionnelle. Enfin, nous avons défini les actes perlocutoires — actes que nous provoquons ou accomplissons par le fait de dire une chose. (Austin 1970 : 118[108])

Partant, tout énoncé peut (et doit) être considéré comme faisant quelque chose. L’idée que certains énoncés sont plus purs ou explicites que d’autres (je promets, je jure, etc.) est même abandonnée complètement dans la 12e conférence. Austin y explique qu’il préfère distinguer des familles d’actes illocutoires : les verdictifs, les exercitifs, les promissifs, les comportatifs et les expositifs. Il s’agit alors de trier les illocutoires en fonction de leur valeur — c’est à dire de l’acte qu’ils réalisent. Pour autant, l’idée de performatif explicite n’est pas abandonnée :

Nous avons avancé, il y a longtemps déjà, qu’il nous fallait établir une liste de « verbes performatifs explicites » ; mais à la lumière de la théorie plus générale, nous voyons maintenant que ce qu’il nous faut, c’est une liste des valeurs illocutoires de l’énonciation. Toutefois, l’ancienne distinction entre performatifs primaires et explicites se maintiendra malgré le passage radical de la distinction performatif/constatif à la théorie des actes de discours. (Austin 1970 : 152[149])

Il est d’ailleurs intéressant de noter que pour donner des exemples de ces familles Austin donne des listes de verbes — c’est-à-dire des listes de performatifs explicites.

On voit bien ce que l’on gagne avec une telle théorie du performatif : on voit mal quelqu’un qui ce serait approché de trop près des grilles d’un jardin comportant le panneau chien méchant dire qu’il n’avait pas été prévenu qu’il pourrait être mordu… La théorie de la tripartition locutoire/illocutoire/perlocutoire et l’abandon de la distinction performatifs/constatifs a le grand avantage de régler ce genre de cas. Le problème qui se pose néanmoins est que tout énoncé est alors performatif (c’est-à-dire a une force illocutoire) ce qui provoque à mon sens un certain affaiblissement de la notion.

Tout d’abord, car dans cette dernière version de la théorie, le faire du performatif n’est plus contenu dans son dire : au niveau locutoire, chien méchant ne contient en rien un avertissement. Ensuite, parce que l’on considère donc que tout énoncé a donc des effets et réalise un acte ; certes ces actes sont de natures différentes, et chaque énoncé le réalise différemment, et, bien sûr, il est intéressant de trier et de sous-catégoriser tout cela. Mais on en arrive tout de même, au niveau de la conceptualisation de ce qu’est un performatif, à ceci : les énoncés ont des effets. En étant un peu méchante (et de mauvaise foi), on pourrait souligner que pour savoir que le langage avait des effets, il suffisait simplement de se plonger dans Aristote…

Benveniste

Une des critiques les plus classiques à cette extension du domaine du performatif est celle de Benveniste dans un article intitulé : « La philosophie analytique et le langage » (Benveniste 1963). L’article est intéressant à plus d’un titre. Déjà, parce qu’il fait entrer la question du performatif en linguistique (et donc dans un autre domaine que la philosophie), ce qui est loin d’être une évidence — Benveniste parlant de « l’appréhension » voire de « l’aversion du linguiste » pour les interprétations philosophiques du langage, au motif que ces dernières ne seraient pas assez sensibles à la « spécificité formelle des faits linguistiques ». C’est d’ailleurs à (re)fonder le performatif sur des critères linguistiques que s’atèle Benveniste dans l’article : il confronte sa propre conception du performatif, esquissée quelques années plus tôt sans le concept même autour de la distinction je jure/il jure, à celle d’Austin. Benveniste ne fait pas entrer dans le débat la question du locutoire/perlocutoire/illocutoire ; sa réflexion porte sur la distinction entre performatif et constatif. Plus précisément, il cherche les critères pour considérer qu’un énoncé est performatif. Benveniste se place donc dans le débat là où Austin avait finalement rebroussé chemin : dans la possibilité de trouver des critères formels au performatif. Ce qui l’intéresse plus spécifiquement (et ce qu’il refuse), c’est le fait de considérer les impératifs comme des performatifs (Austin dirait des performatifs primaires) au même titre que les performatifs explicites (je jure de l’épouser, je promets de te rembourser), etc.

En effet, selon Benveniste la « propriété singulière » de performatif c’est d’être « sui-référentiel », c’est-à-dire que « l’acte s’identifie donc avec l’énoncé de l’acte » et « le signifié est identique au référent » (1963 : 9). Le critère fondamental d’un performatif est donc que l’acte et le dit de l’acte se confondent : lorsque quelqu’un dit je t’ordonne, il ordonne en même temps qu’il dit qu’il ordonne. Baser le critère décisif du performatif sur cette auto-référentialité le conduit donc à écarter les impératifs :

Un énoncé performatif n’est pas tel en ce qu’il peut modifier la situation d’un individu, mais en tant qu’il est par lui-même un acte. L’énoncé est l’acte ; celui qui le prononce accomplit l’acte en le dénommant. […] On voit donc qu’un impératif n’équivaut pas à un énoncé performatif, pour cette raison qu’il n’est ni énoncé ni performatif. Il n’est pas énoncé, puisqu’il ne sert pas à construire une proposition à verbe personnel ; et il n’est pas performatif, du fait qu’il ne dénomme pas l’acte de parole à performer. Ainsi venez ! est bien un ordre, mais linguistiquement c’est tout autre chose que dire : J’ordonne que vous veniez. Il n’y a d’énoncé performatif que contenant la mention de l’acte, savoir j’ordonne, tandis que l’impératif pourrait être remplacé par tout procédé produisant le même résultat, un geste, par exemple, et n’avoir plus de réalité linguistique. Ce n’est donc pas le comportement attendu de l’interlocuteur qui est ici le critère, mais la forme des énoncés respectifs. La différence résulte de là : l’impératif produit un comportement, mais l’énoncé performatif est l’acte même qu’il dénomme et qui dénomme son performateur. (Benveniste 1963 : 10)

On le voit, Benveniste ne nie pas que certains énoncés puissent avoir des effets (notamment les impératifs !), mais ils ne peuvent être considérés comme performatifs. Ce qui apparaît aussi, c’est que le critère de restriction et de définition du performatif est ici linguistique (énonciatif) et pas philosophique…

Je dois dire que je suis assez séduite par cette restriction du performatif, qui me semble justifier l’existence même de la notion. Pour autant, le problème est ici qu’on fait du performatif une notion énonciative, qui a à voir avec des questions de référentialité, de manière de se positionner face à son énoncé, etc. La question des effets du performatif passe à la trappe. On a donc un performatif assez clairement défini certes, mais qui décale complètement le problème. La question du performatif devient une question de langue, et ce que fait le performatif est réduit à peau de chagrin : ce que fait le performatif, c’est référer à lui-même… On pourrait en espérer un peu plus : on a certes ici un performatif qui fait ce qu’il dit, mais ce n’est pas très satisfaisant : Benveniste fait pencher la balance du côté de l’énonciation (le dire) et oublie au passage le faire ! Recanati (1979 : 110) note d’ailleurs que la version benvenistienne de la performativité a été reçue avec peu d’enthousiasme[3].

Pragmatique française 

Côté francophone, dans la lignée des travaux d’Oswald Ducrot, la pragmatique s’est intéressée de près à la question de la performativité. Cette production scientifique étant assez conséquente, je ne m’attarderai que sur deux points cruciaux à mon sens : l’illocutoire dérivé et la délocutivité généralisée.

Illocutoire dérivé

On repart ici avec la terminologie austinienne et la tripartition illocutoire/perlocutoire/locutoire. Je me base essentiellement sur un article d’Anscombre de 1977 intitulé très sobrement « La problématique de l’illocutoire dérivé » (Anscombre 1977). Il faut noter que le phénomène décrit dans l’article est à la même époque travaillé par la pragmatique anglophone sous le nom d’« actes de langage indirect ». Je repasse pour ma part sur le continent pour des raisons de proximité théorique et pour ré-ancrer la réflexion dans la linguistique.

Le principe de l’illocutoire dérivé est extrêmement simple et s’applique à un nombre très grand d’énoncés du langage ordinaire. Je commencerai par un exemple classique. Si quelqu’un dans la rue m’aborde en prononçant l’énoncé Avez-vous l’heure ?, et que je lui réponds simplement Oui, puis que je continue mon chemin sans lui dire l’heure qu’il est, cette personne me trouvera au mieux très bizarre au pire très malpolie. Pourtant, si on examine son énoncé, il m’a bien posé une question, et une question fermée. Mais personne ne peut nier qu’il m’a en fait adressé une demande, celle de lui donner l’heure (il aurait pu tout aussi bien me dire : Je vous demande de me donner l’heure, mais qui sonne moins poli) et qu’une réponse adéquate aurait été du type : Il est 15h42. C’est ce phénomène que Ducrot, puis Anscombre appellent la dérivation illocutoire. C’est-à-dire que l’acte illocutoire n’est pas marqué dans l’énoncé, mais se réalise par dérivation :

Si l’énonciation E = (e, S) d’un énoncé e marqué pour un acte illocutoire I1 donne lieu à l’accomplissement d’un acte illocutoire I2, non marqué dans e, nous dirons que I2 est une dérivation illocutoire de I1 ou encore que I2 est illocutoirement dérivé de I1.
Ceci appelle un certain nombre de commentaires. Dire que I2 est illocutoirement dérivé de I1 ne signifie pas que I1 n’est pas accompli. Selon les énonciations, on aura I1 seul, I2 seul, ou I1 + I2. Lorsqu’une énonciation donnera lieu à plusieurs actes illocutoires, certains seront primitifs, i.e. marqués dans l’énoncé, d’autres seront dérivés, i.e. non nécessairement marqués, même si leur possibilité est, comme nous le verrons, prévue dans
1’énoncé. (Anscombre 1977 : 26) [e = énoncé, S = situation d’énonciation, I = valeur illocutoire]

Je donne quelques exemples issus de Kerbrat-Orecchioni (1986) pour mieux saisir le phénomène : On ne fume pas ici n’est pas une assertion, mais bien un ordre ; Est-ce que ça te gênerait de ne pas fumer ? est une demande pas une question ; Are you crazy ? est bien un reproche, etc.  Je mentionne également cette interaction (réelle, mais pas transcrite sur le coup) dans un magasin de cigarette électronique il y a quelques jours, qui concerne plutôt un semi-échec de dérivation illocutoire :
Client : Vous savez où je pourrais trouver une papeterie dans le quartier ?
Vendeur : Oui
(Pause assez longue)
Client : Ben vous allez me le dire, ou… ?
Client + Vendeur + NM : (rires)

Il y a également plusieurs cas de figure à considérer :
– Comme dit plus haut, certains énoncés peuvent effectuer deux actes illocutoires, l’un marqué par le sens de l’énoncé, l’autre par dérivation illocutoire. C’est le cas d’un énoncé comme Avez-vous des pommes de terre ? chez le primeur : si celui-ci en a, il effectuera la dérivation illocutoire immédiatement et pourra me répondre Oui, il vous en faut combien ? mettant en évidence la réalisation de deux actes illocutoires, l’un marqué (la question), l’autre par dérivation (la demande d’une certaine quantité de pommes de terre).
– Certains énoncés peuvent n’effectuer un acte de langage que par une dérivation allusive (et donc pas par dérivation illocutoire). C’est le cas si je dis Il fait froid ici par exemple : la personne en face comprendra ou ne comprendra pas que je lui fais une demande, voire que je lui donne un ordre (Mets le chauffage ! Ferme la fenêtre !) mais je ne pourrai pas dire que je lui ai expressément demandé.

Ce qu’il faut vraiment retenir ici, c’est que la dérivation illocutoire ne laisse pas le choix de son interprétation, même si elle est implicite. Quand bien même elle n’est pas marquée/présente dans le sens littéral de l’énoncé, la force illocutoire existe et ne peut être déniée. Il serait absurde de nier que la personne qui vous a dit dans la rue Avez-vous l’heure ? ne vous a pas demandé l’heure et vous a posé une simple question fermée. Ce qui conduit à faire de l’illocutoire dérivé une question de linguistique (de pragmatique donc) : il ne s’agit pas ici de dire que ce sont de simples conventions sociales et culturelles qui créent la dérivation illocutoire (ou alors au même titre que la langue est une convention socio-culturelle) mais que celle-ci est bien présente (implicitement, certes) dans certains énoncés. C’est aussi pour cette raison que la dérivation illocutoire n’a rien à voir avec le perlocutoire (ce qui nous ferait sortir du linguistique).

C’est que la dérivation illocutoire est souvent conventionnellement marquée en langue comme l’explique Kerbrat-Orecchioni dans L’implicte (celle-ci expose également dans l’ouvrage des cas de dérivations illocutoires non conventionnelles) :

Ce qui [précède] prouve qu’une formule telle que [Voudrais-tu ouvrir la fenêtre ?], bien qu’elle soit privitement de type interrogatif, est en fait traitée exactement comme un ordre : c’est sur sa valeur dérivée qu’il convient « normalement » d’enchaîner ; valeur dérivée qui vient carrément se substituer à la valeur primitive, et lui subtiliser son rôle dénotatif — exactement comme dans la métaphore et l’antiphrase, le sens dérivé vient déloger le sens propre pour s’actualiser prioritairement : on peut donc parler […] de « trope illocutoire ». (Kerbrat-Orecchioni 1986 : 76)

On peut se reporter à l’ouvrage de Kerbrat-Orecchioni qui explore de manière très minutieuse cette question de la conventionalité, de la dérivation illocutoire, des actes de langage indirect et de l’implicite.

Ce qui m’intéresse particulièrement ici c’est qu’on a dans ces cas parfaitement perdu de vue la question du langage qui fait ce qu’il dit ! Comme on le voit, on peut avoir des énoncés qui ont une force illocutoire mais qui fonctionnent de manière implicite en faisant parfaitement autre chose que ce qu’ils disent. Il y a donc dans ces cas une conceptualisation d’un performatif qui ne fait pas ce qu’il dit. D’ailleurs, pour cette raison, Kerbrat-Orecchioni refuse d’appeler performatifs de tels énoncés qui fonctionnent par dérivation illocutoire (1986 : 74). Si la question peut sembler parfaitement linguistique, il n’en reste pas moins que cela pose problème. Que serait un performatif/un acte illocutoire qui ne fait pas ce qu’il dit ? Si cela nous conduit à des analyses linguistiques tout à fait passionnantes, il semble que l’on perde de vue ce qui fait l’essence de la performativité : car ici, on a des énoncés qui ne sont pas performatifs mais qui ont une force illocutoire — ce qui en creux limite de nouveau les performatifs aux performatifs explicites — position de Benveniste dont a vu qu’elle était assez peu satisfaisante en ce qui concerne le faire du performatif.

Délocutivité généralisée et illusion performative

Il me semble que la dérivation illocutoire pose de sérieux problèmes pour une théorie de la performativité. Mais il y a pire, et cela tient à la question de la délocutivité généralisée, qui, il me semble, ruine l’idée du performatif même (et que je trouve pour ma part fort convaincante). C’est d’autant plus intéressant que cette idée est développée par la pragmatique (qu’on pourrait donc a priori ne pas soupçonner de vouloir ruiner le concept).

Cela va aboutir à l’idée d’« illusion performative » chez Ducrot (1980) (le concept est insuffisamment formulé, malheureusement), idée qui m’intéresse tout particulièrement. Pour comprendre l’« illusion performative » il faut en passer par la question de la délocutivité généralisée, qui est assez technique, et que je résumerai brièvement.

Le principe de la délocutivité généralisée est défini ainsi par Anscombre :

la délocutivité généralisée, destinée à rendre compte des cas où un morphème M, ayant à l’origine une valeur sémantique S (qu’il a pu d’ailleurs conserver dans certains emplois) donne naissance à un morphème M* dont la valeur sémantique S* contient une allusion à l’emploi, en énonciation, de M avec la valeur S. (Anscombre 1979 : 72)

Elle est exemplifiée ainsi (Anscombre reprend un exemple largement étudié en linguistique) :

A : Salus est considéré comme un substantif « objectif » avec le sens « santé » = S.
В : Utilisation de Salus avec le sens S, comme formule pour saluer. Par politesse, on souhaite aux personnes que l’on rencontre, une bonne santé : Salus! (Bonjour! nous semble relever du même type de politesse).
С : Création d’un nouveau substantif Salus*, avec comme valeur sémantique S* = « acte de parole que l’on accomplit en disant Salus! ».
D : Relecture de Salus comme Salus* dans les emplois В de Salus. Salus! est alors compris comme Salus*! (1979 : 73)

On peut effectivement expliciter la démarche avec Bonjour ! On a d’abord un bon jour au sens littéral (le jour est bon), énoncé qui est ensuite utilisé pour souhaiter une bonne journée par politesse. Consécutivement à cet usage, le mot Bonjour ! acquiert un second sens, celui de : « acte qu’on réalise en disant bonjour » (= saluer).  À l’étape D, qui est cruciale, les deux sens du mot bonjour se confondent : c’est ainsi qu’on obtient la fonction performative de bonjour (et sa sui-référentialité).

Plus formellement, avec ajout d’une étape supplémentaire :

Les cinq étapes sont les suivantes :

  1. Les morphèmes m1, m2, …, mn ont les valeurs sémantiques sl, s2, …, sn.
  2. Apparition d’une formule conversationnelle F1 (ml, m2, …, mn) dans l’énonciation de laquelle m1, m2, …, mn, ont les valeurs s1, s2, …, sn, formule qui sert à accomplir un certain acte par l’intermédiaire d’une loi de discours.
  3. Fabrication d’un morphème complexe F2, dont la valeur sémantique S2 contient une allusion à l’emploi de F1 (m1, m2, …, mn) du stade B.
  4. S’il y a identité formelle entre F1 et F2, les emplois de F1 du stade B sont relus en donnant à F1 la valeur S2.
  5. Toujours si F1 est identique à F2, les emplois de F1 du stade C sont relus en donnant à F1 la valeur S2. (Anscombre 1980 : 115)

À ce stade, le problème du performatif n’est pas encore évident à identifier. Il est évoqué de manière relativement claire par Ducrot, dans un passage où l’on voit réapparaître les éléments évoqués plus haut :

Soit un énoncé performatif construit sur le schéma « Je V que p » (où V remplace un verbe désignant aujourd’hui un acte illocutoire, comme promettre, ordonner, etc.). Je supposerai qu’à un premier stade, V a une signification S1 sans rapport direct avec les actes de parole. Appelons V1 le signe constitué par le signifiant V et le signifié S1. À un second stade, la formule « Je V que p » est utilisée pour accomplir un certain acte illocutoire A. Elle n’est pas encore performative, puisque V1 ne signifie pas un type d’actes de parole — de sorte que l’énoncé, interprété de façon assertive, asserte tout autre chose que l’accomplissement de A. (Certes, dans la mesure où A est illocutoire, l’énoncé, d’après son sens même, caractérise son énonciation en lui attribuant l’efficacité juridique liée à A, mais il ne se donne pas pour fonction d’annoncer que A a eu lieu.) Imaginons maintenant, à une troisième étape, une dérivation délocutive : le signifiant V prend une signification S2 paraphrasable comme : faire un acte analogue à celui qui s’accomplit, de façon privilégiée, en énonçant « Je V que p », autrement dit, faire A. Appelons V2 le nouveau signe créé à partir de l’emploi de V1. L’existence de ce verbe rend possible une quatrième étape, selon un processus parallèle à celui que j’ai décrit au paragraphe précédent : la formule « Je V que p » sera réinterprétée en comprenant V comme le signifiant de V2. Lue sous la forme d’une assertion, elle annonce alors que le locuteur accomplit l’acte A, acte qui s’accomplit justement grâce à elle. Elle satisfait par conséquent aux critères du performatif ; mais sa performativité constitue une sorte d’illusion nécessaire, sous-produit d’une évolution qui n’est nullement dirigée vers elle. Ce qui est fondamental, en revanche, c’est la resémantisation du signifiant V compris, à partir de la troisième étape, par rapport à l’acte dont il permet la réalisation. L’action s’incorpore ainsi aux mots qu’elle utilise, et renouvelle leur valeur. (Ducrot 1980 : 51)

On peut aisément transformer V par souhaiter par exemple (c’est l’exemple de Ducrot) : je te souhaite bonne chance contient d’abord (stade B) une assertion, celle de l’expression d’un souhait, et acquiert ensuite le sens de « souhaiter comme acte » ;

Le problème soulevé ici n’est pas tellement qu’il y ait ou pas du performatif. Le problème est que l’énoncé performatif est en fait toujours une assertion. C’est-à-dire qu’un énoncé performatif fonctionne toujours par rapport à une assertion, plus ou moins visible, qui est incluse dans le sens de l’énoncé, par délocutivité. C’est-à-dire que l’énoncé performatif garde toujours son sens assertif, et ne devient performatif que par après, par relecture d’un énoncé X en lui attribuant le sens S2. L’énoncé X porte donc le sens de l’acte effectué en disant X, ce qui amène à le lire comme l’acte pour faire X. Tout énoncé performatif est donc dérivé d’une assertion préalable. Et tout performatif contient une assertion sous-jacente.

La performativité n’est en rien un problème fondamental dans ce cadre, mais n’est que le fait qu’un énoncé ait acquis une allusion (un sens relatif) à son emploi en énonciation : « la performativité n’est pas plus la cause de la sui-référentialité que l’inverse : elles ne sont toutes deux que les retombées — et non la visée — d’un processus de délocutivité généralisée. » (Ducrot 1980 : 74). C’est-à-dire que lorsqu’on dit je te souhaite bonne chance, on utilise souhaiter avec le sens de « acte qui sert à souhaiter » (difficile de paraphraser avec les énoncés sui-référentiels !) et ainsi l’on reste dans le domaine de l’assertion. C’est en cela que consiste l’illusion performative : il n’y a pas de magie de la performativité et de mots qui feraient ce qu’ils disent, mais simplement des énoncés dont le sens varie  :

Ce que j’ai appelé « paradoxe » tient à ce que la fonction du performatif, qui n’a plus aucun caractère assertif, n’empêche pas son comportement linguistique de rester, pour l’essentiel, celui d’un énoncé assertif […] » (Ducrot 1980 : 50)

Le problème est donc sémantique : il y a des énoncés qui, par délocutivité généralisée, acquièrent dans leur sens une allusion à leur condition d’énonciation, ce qui les rend 1) sui-référentiels 2) performatifs dans le sens où ils sont utilisés dans leur sens 2, mais qui lui-même n’est que la description d’acte effectué, préalablement, en disant l’énoncé E1 avec son sens S1.

La théorie de la délocutivité généralisée est, à mon sens, la conception la plus robuste de la performativité — notamment car elle permet de résoudre beaucoup de petits problèmes largement soulevés par la théorie des actes de langage, comme on le verra dans la section suivante sur l’insulte. Mais le problème énorme qu’on voit apparaître est bien entendu le suivant : la notion de performativité a été précisément développée par Austin pour dire que certains énoncés n’étaient pas qu’assertifs, et l’on se retrouve ici avec un concept de performativité qui réduit en quelque sorte tous les performatifs à des constatifs. En cela, ils retrouvent d’ailleurs une certaine véri-conditionnalité : le jour peut n’être pas si bon que ça, je peux ne pas vraiment souhaiter le meilleur à quelqu’un en lui disant je te souhaite le meilleur. Même si l’idée de performatif est préservée chez Ducrot-Anscombre, comme on le voit, il devient une simple question sémantique et énonciative — ce qui me semble (même si eux ne le disent pas ainsi !) ruiner l’idée même de performativité. Un autre problème qui se pose est bien sûr qu’ici la performativité devient un simple problème de langue — problème déjà soulevé dans la première partie de cette série.

Une étude de cas : la délicate question de l’insulte

Le problème de l’insulte est particulièrement intéressant si l’on veut s’intéresser à la question de la nature de la performativité. Se pencher sur la question de l’insulte s’avère d’autant plus pertinent que c’est souvent l’exemple phare de la performativité (et de la resignification) utilisé par les études féministes/de genre, dans la lignée des travaux de Butler. Or l’insulte est précisément un performatif qui ne marche pas très bien (ce que Butler ne manque pas de souligner, d’ailleurs), et qui condense toutes les difficultés préalablement soulevées dans ce billet en ce qui concerne le fait de savoir ce que fait vraiment un performatif. De manière un peu systématique, j’essaierai d’examiner l’insulte au regard des théories que j’ai présentées plus haut.

Le problème de la performativité de l’insulte est à première vue le suivant :

  • lorsqu’on adresse une insulte à quelqu’un, on fait bien quelque chose par un énoncé (typiquement insulter) — difficile d’insulter sans énoncé !
  • pour autant le mot insultant ne fait pas tout à fait ce qu’il dit (si on exclut les dimensions d’interpellation, etc. du performatif butlérien) – traiter quelqu’un de connard ce n’est pas le faire advenir connard par mon simple énoncé
  • pour autant il est difficile de faire de l’insulte un simple perlocutoire : le pouvoir blessant de l’insulte est perlocutoire (on peut être différemment affecté par une insulte qui nous est adressée selon le contexte) mais le pouvoir insultant de l’insulte n’est pas perlocutoire. On ne peut rapprocher l’insulte de la flatterie, ou de l’humiliation par exemple : une insulte est une insulte, peu importe les affects qu’elle déclenche (et c’est ce qui permet d’ailleurs son inscription dans la loi). Il y a donc bien une force illocutoire de l’insulte. Mais quelle est-elle ?

J’aimerais essayer de montrer qu’aucune tentative de résoudre ces contradictions du fonctionnement de l’insulte ne fonctionne véritablement, et que la seule solution est de tenir le paradoxe selon lequel l’insulte n’est pas un performatif, ce qui est pour le moins contre-intuitif.

Le premier aspect que l’on doit résoudre est le fait que l’insulte ne fait pas ce qu’elle dit, ou en tout cas pas de la même manière que l’énoncé je vous marie marie, etc. On ne fait pas un gros con en traitant quelqu’un de gros con. À première vue, cette difficulté n’en est pas vraiment une. La différence entre l’énoncé insultant et les énoncés du type Je V est que l’insulte ne comporte ni verbe, ni première personne : elle est généralement sous forme nominale ou de locution nominale (ou encore au fameux impératif, mais je laisse cela de côté). C’est ainsi qu’on pourrait expliquer la différence de fonctionnement : une insulte est bien une insulte, même si elle ne comporte pas le verbe j’insulte. Précisément, c’est la distinction qu’effectue Austin entre performatif explicite et performatif primaire, que j’ai présentée plus haut. On se rappelle que, pour intégrer des énoncés tels que chien méchant à la théorie des performatifs, Austin postule que ceux-ci ont une contrepartie explicite du type je vous avertis qu’il y a un chien méchant[4]. Cette distinction n’est pas abandonnée dans la dernière conférence. Elle permet en principe d’intégrer des énoncés qui ne sont pas de la forme explicite. Le problème qui se pose dans le cas des insultes est qu’il est difficile de leur trouver une contrepartie explicite. En effet, si l’on dit je t’insulte de gros con, l’effet est tout à fait raté ! il n’y a donc pas de contrepartie explicite pour les performatifs insultants (le mécanisme serait globalement le même avec une menace par exemple *je te menace de te tuer).

Ce problème, central si l’on considère que les performatifs doivent pouvoir être explicités, est balayé d’un revers de la main chez Austin, mais aussi chez Récanati qui explique que « ces exceptions ont certes leur intérêt, mais comme une discussion de ce point nous conduirait trop loin sans vraiment nous avancer, il est préférable que nous mettions tout cela entre parenthèses » (1979 : 131). Quant à Benveniste, s’il n’en parle pas à ma connaissance, l’on peut assez facilement imaginer sa position : un énoncé insultant, dans la mesure où il n’est pas sui-référentiel, n’est pas performatif.

À ce stade, on a donc un énoncé considéré massivement comme un performatif (et étudié comme tel), mais qui ne correspond à aucun critère du performatif. Il faut noter que ce problème est maintes fois soulevé, et souvent ramené à une simple exception, ou réglé sans autre forme d’examen (Lagorgette et Larrivée 2004, discuté dans Bruno 2013), ou encore pointé mais pas discuté (Mellet 2016). Une autre solution est de discuter l’insulte d’un point de vue sociolinguistique autour des questions de réception et d’interprétation de l’insulte (voir plusieurs papiers dans Lagorgette 2009, ou encore dans Mellet 2012) — perspectives fertiles (et sans doute la meilleure option à ce stade de ce billet) mais qui décalent toutefois le problème par rapport aux enjeux posés ici. La littérature sur le sujet est énorme et je renvoie donc aux ouvrages mentionnés. L’on trouve également quelques autres tentatives de régler son compte à l’insulte (et à en montrer le fonctionnement du point de vue des actes de langage) — soit en l’excluant des énoncés performatifs, soit en essayant de conserver son caractère performatif au prix de quelques adaptations. Pour Bruno par ex, la performativité de l’insulte ne se loge pas dans le nom d’insulte :

[…] la différence entre attribution nominale et insulte dépend de l’existence ou de la non-existence d’une institution qui rend légitime la procédure. Il existe ou a existé des institutions qui garantissent ou garantissaient la validité de l’attribution nominale dans des emplois comme « menteur », « coupable », « tricheur », « traître », « communiste », « anarchiste », « bousingot », « sorcière », « hérétique » ou encore « positiviste (de merde) ». Ces termes n’ont pas été des insultes, mais, des dénonciations, des accusations, des jugements ou des condamnations. Au contraire, lorsqu’aucune institution, ni religieuse, ni politique, ni scientifique, ni autres, ne vient garantir la validité de l’attribution nominale, alors il y a insulte. (Bruno 2013 : 452)

C’est donc le contexte, et non pas le nom d’insulte en lui-même qui assure le caractère insultant de l’insulte. Je ne suis pas sûre d’être d’accord avec cela car le concept d’institution me semble très flou : si je traite je ne sais qui de salaud parce qu’il m’a volé mes affaires, il me semble que cette insulte obtiendra une validation assez consensuelle (certes pas institutionnelle) et qu’on m’accordera que mon voleur est un salaud. N’en est-il pas moins insulté ? Par ailleurs, comme évoqué précédemment, le fait de mettre toute la force du performatif dans le contexte m’embête un peu.

La solution la plus satisfaisante est alors, — si l’on veut garder le questionnement autour de ce que fait l’insulte et de comment elle fonctionne sans se décaler vers les problématiques de sa production et de sa réception — en suivant Anscombre, de considérer que la force illocutoire de l’insulte fonctionne par délocutivité généralisée. Je donne l’extrait complet :

Au sens clinique, crétin des Alpes désigne un individu atteint d’une affection goitreuse spécifique des pays de montagnes, et qui provoque un état de débilité́ mentale connu sous le nom de crétinisme. Ce qui suggère, pour aboutir à l’insulte, les cinq étapes suivantes :

  1. Cretin des Alpes = « personne atteinte de crétinisme ».
  2. Apparition de la formule F1 = (crétin des Alpes)1 dans l’exclamation (crétin des Alpes)1 ! Pour insulter quelqu’un, on l’interpelle en le décrivant comme manifestant la même bêtise que s’il était atteint de crétinisme. La loi de discours est quelque chose comme : « Si X, s’adressant à Y, le décrit à l’aide de traits péjoratifs, X, insulte Y », loi d’usage quotidien. Notons que l’interpellation par description de traits présentés comme caractéristiques est la base de la formation des appellatifs.
  3. Fabrication du nouveau morphème F2 = (crétin des Alpes)2 avec la valeur sémantique S2 = « personne à l’adresse de laquelle on fait l’acte que l’on fait en disant (crétin des Alpes)1 ! ».D. Puisque F1 = F2, les emplois du stade B sont relus en donnant à F1 la valeur S2. Autrement dit (crétin des Alpes)1 ! est relu comme (crétin des Alpes)2 ! J’énonce ce que je fais — un acte d’insulte — à seule fin de le faire.
  4. Les emplois de F1 du stade C sont également relus en donnant à F1 la valeur S2. D’où (crétin des Alpes)2 = « personne à l’adresse de laquelle on fait l’acte que l’on fait en disant (crétin des Alpes)2 ! ». (Anscombre 1980 : 115‑116)

L’on trouve le même genre de raisonnement dans un article d’un mystérieux Rakotomalala (2017) qui a le mérite de proposer également une conservation de la sui-référentialité en introduisant les notions de narrativité et de référence horizontale.

Pour autant on retrouve le même problème qu’évoqué sans la section précédente, à savoir que l’insulte perd ici son caractère performatif pour fonctionner finalement… comme une assertion. Il me semble dans ce cadre que ce n’est pas un hasard si dans un article de 2009 consacré tout entier à la question de l’insulte, Anscombre, en réaffirmant son fonctionnement par délocutivité généralisée, ne traite alors principalement que de questions sémantiques liées à l’insulte…

En finir avec le performatif ?

Comme je l’ai évoqué plus haut, une des manières de « sauver » le performatif serait de laisser une plus grande part à l’étude du contexte, ainsi qu’aux processus de production, de réception et d’interprétation des énoncés performatifs (aux côtés des exemples déjà mentionnés, Butler me semble aller dans cette voie, de même que Bauman & Briggs 1990). Il est vrai qu’en rester aux critères assez rigides de délocutivité, d’illocutoire/perlocutoire, etc. peut paraître excessivement formaliste, et s’inscrire dans une épistémé de son temps (celle d’une certaine typologisation hyperbolique) assez dépassée[5]. L’on pourrait donc dire que c’est un excès de formalisme qui ruine le performatif, et que s’intéresser à la manière dont les actes produisent des effets en contexte et en discours, penser en termes de continuum plutôt qu’en oppositions binaires peut être une voie de résolution.

Sans m’opposer à cette tradition et ces solutions proposées auxquelles j’adhère par ailleurs complètement, j’aimerais tenter d’emprunter un chemin différent en guise de conclusion. Ce que je trouve intéressant dans les théories du performatif que j’ai présentées, c’est leur côté parfaitement contre-intuitif : on arrive à des torsions théoriques pour maintenir l’idée d’une performativité, qui, si elles sont extrêmement stimulantes, me semblent aller dans le sens opposé de l’idée très simple du performatif : il y a des énoncés qui ne décrivent pas simplement, mais qui font. Cela donne, on l’a vu, des actes illocutoires dérivés qui ne font pas ce qu’ils disent ; ou encore la délocutivité généralisée qui, quand bien même elle me plait beaucoup, postule plusieurs déplacements de sens (invisibles pour les locuteurs) au cœur même d’un énoncé pour récupérer la possibilité même de la performativité. Si bien sûr il n’est pas question de se reposer uniquement sur l’intuition des locuteurs (ce serait un peu scier la branche sur laquelle je suis assise), il est intéressant de voir que des théories convaincantes du performatif ou de l’illocutoire s’appuient sur des réflexions impliquant plusieurs déplacements sémantiques et référentiels pour sauver l’idée même de performativité.

Pour le dire autrement :
– la linguistique se base sur l’idée que les mots ne sont pas les choses, qu’il existe une certaine irréductibilité entre mots et choses. Dans la version discursiviste, il s’agit de considérer qu’un discours qui nous donnerait pleinement accès aux choses, ou qui serait purement constatif (objectif ?) n’existe pas.
– la pragmatique cherche à déplacer cela : elle rétablit une certaine identité entre les mots et les choses/les faits. Pour autant, toute la théorie de la performativité (versant linguistique) recomplexifie énormément cette identité mots/choses-faits (en tendant notamment à faire du performatif une question de sémantique ou d’énonciation).
– et finalement, pour en revenir au début de ce billet, elle rate cette identité mot/chose, qui reste présente chez les locuteurs non-linguistes, et qui me semble insuffisamment prise au sérieux, ou toujours évacuée.

Ce que je veux dire, c’est que les théories de la performativité extrêmement complexes ne rendent pas compte de la réalité des locuteurs et de leur identification des mots et des choses/faits. La performativité en tant que théorie est trop théorique et finit par s’auto-contredire ; la performativité en tant qu’expérience n’en est pas une. C’est ainsi qu’il faut renvoyer dos à dos les deux positions dont je parlais au départ : croyance démesurée en la performativité du discours d’une part (versant performatif) ; croyance démesurée en la transparence du discours d’autre part (versant constatif), qui sont identiques : il s’agit dans un même mouvement d’identifier les mots et les faits, ou les mots et les choses.

Comment penser alors une théorie linguistique qui s’attacherait à réfléchir cette unification mots/chose, sans forcément la valider, mais en prenant au sérieux cette illusion telle qu’elle persiste ? C’est-à-dire, non pas de trouver des critères de l’énoncé performatif pour essayer de voir comment le discours peut avoir des effets dans le monde, et lier les choses aux mots, mais prendre au sérieux le fait que, si les mots ne sont pas les choses et les faits, les mots ont souvent l’air d’être les choses et les faits ? Ou encore : la question non posée par la linguistique me semble être celle, non pas celle d’essayer de montrer qu’il existe une illusion performative et comment elle fonctionne, mais comment celle-ci se manifeste. Il s’agit, en se décalant un peu de la pragmatique, s’interroger sur ce fait très simple : comment se fait-il que les acteurices considèrent que certains mots font ce qu’ils disent ? Il faut alors moins dégager les critères de la performativité que s’intéresser à l’illusion d’efficacité qui sous-tend la production de discours. La question dépasse alors celle de la performativité en tant que telle, et la réponse pragmatique semble quelque part trop linguistique. Comment se fait-il que persiste l’illusion de la transparence ? L’illusion que j’atteins ce que je dis en le disant (ce serait le cas du discours constatif) ou encore que je fais ce que je dis en le disant ?

Ces questions semblent aller contre ma discipline (qui s’intéresse aux représentations idéologies qui sous-tendent le discours avec une hypothèse forte : le langage n’est jamais transparent). Pourtant, l’on a bien des recherches sur les effets d’évidence (Henry 1977 ; Pêcheux 1975), qui me semblent pouvoir être poursuivis par des recherches sur les effets de transparence. Il s’agit dans ce cadre de travailler en-deçà de l’assujettissement qui se réalise en discours (les effets d’évidence). La question qu’on peut se poser est la suivante : comment se fait-il, non pas qu’on ait l’illusion de dire ce que l’on veut dire, mais que notre dire a un effet, fait ce qu’il dit, atteint les choses ? Il me semble que cela peut constituer un programme intéressant pour la linguistique du discours : non pas chercher à savoir comment le langage est (ou n’est pas) performatif, mais comment il donne l’illusion d’atteindre ce qu’il dit.

BIBLIOGRAPHIE

Anscombre Jean-Claude, 1977, « La problématique de l’illocutoire dérivé », Langage et société, vol. 2, no 1, p. 17‑41.

–, 1979, « Délocutivité benvenistienne, délocutivité généralisée et performativité », Langue française, vol. 42, no 1, p. 69–84.

–, 1980, « Voulez-vous dériver avec moi ? », Communications, vol. 32, no 1, p. 61‑124.

–, 2009, « Notes pour une théorie sémantique des jurons, insultes et autres exclamatives », Les insultes en français : de la recherche fondamentale à ses applications, Chambéry, Presses universitaires de l’Université de Savoie.

Austin John Langshaw, 1970, Quand dire, c’est faire, Paris, Édition du Seuil.

Bauman Richard & Briggs Charles L., 1990, « Poetics and performances as critical perspectives on language and social life », Annual review of Anthropology, vol. 19, no 1, p. 59–88.

Benveniste Émile, 1963, « La philosophie analytique et le langage », Les études philosophiques, vol. 18, no 1, p. 3.

Bruno Christophe, 2013, Les survivances du vocatif dans le français parlé, thesis, Toulon.

Culler Jonathan, 2006, « Philosophie et littérature : les fortunes du performatif », Litterature, n° 144, no 4, p. 81‑100.

Ducrot Oswald, 1980, « Analyses pragmatiques », Communications, vol. 32, no 1, p. 11‑60.

Henry Paul, 1977, Le mauvais outil : langue, sujet et discours, Paris, Klincksieck.

Kerbrat-Orecchioni Catherine, 1998, L’implicite, Paris, A. Colin.

Lagorgette Dominique éd., 2009, Les insultes en français : de la recherche fondamentale à ses applications (linguistique, littérature, histoire, droit), Chambéry, Editions de l’Université de Savoie.

Lagorgette Dominique & Larrivée Pierre, 2004, « Interprétation des insultes et relations de solidarité », Langue française, no 4, p. 83–103.

Mellet Caroline éd., 2012, « De l’insulte », Cahiers de praxématique, no 58.

–, 2016, « Les insultes à l’Assemblée nationale lors des questions au Gouvernement : approche pragmatique », Les insultes : bilan et perspectives, théorie et actions, Chambéry, Laboratoire LLSETI, p. 60‑66.

Pêcheux Michel, 1975, Les vérités de La Palice : linguistique, sémantique, philosophie, Paris, F. Maspero.

Rakotomalala Jean-Robert, 2017, « Sui-référentialité du performatif et narrativité », https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01611520.

Récanati François, 1979, La transparence et l’énonciation : pour introduire à la pragmatique, Paris, Editions du Seuil.

Searle John R., 1989, « How performatives work », Linguistics and philosophy, vol. 12, no 5, p. 535–558.

Verschueren Jef, 1995, « The conceptual basis of performativity », Essays in Semantics and Pragmatics in Honor of Charles J. Fillmore, M. Shibatani et S. Thompson éd., Amsterdam, Philadelphia, John Benjamins, p. 299–321.

[1] Je n’utilise ici volontairement aucun corpus, pour des raisons explorées ici (Marignier 2019)

[2] Peut-être y a-t-il plus de deux oublis ? (Pêcheux 1975)

[3] Elle me semble néanmoins beaucoup plus enthousiasmante que la position inverse de Searle, qui dans un article de 1989, tente de montrer que le performatif n’est en rien une question de sémantique mais de « réalité » – c’est-à-dire que tous les énoncés sont potentiellement performatifs, mais seuls certains le sont effectivement. Cela est selon lui dû aux contraintes matérielles et humaines. Son exemple est de dire que si je dis je fris un œuf le fait que mon œuf ne soit pas frit uniquement par mon acte de discours vient du fait que les capacités humaines ne rendent pas possible une telle réalisation (Dieu le pourrait par exemple). On arrive à une absurdité de raisonnement analytique qu’il m’a semblée peu intéressante de présenter ici. (Searle 1989) Voir aussi pour une critique Verschueren (1995).

[4] Sur cette distinction performatif explicite / primaire, on peut se rapporter au chapitre 6 « Réflexivité et niveaux de langue » de La transparence et l’énonciation de Récanati (1979).

[5] Merci à Julie Abbou pour nos discussions à ce sujet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.