Archives par mot-clé : sexualité

La mémoire des concepts : le « système sexe/genre »

SONY DSCJe m’étais promis d’arrêter avec les billets sur la différence entre sexe, genre(s) et sexualités mais je vais donc en commettre un de plus – que j’espère être un billet de clôture de cette série.

En cherchant à utiliser dans ma thèse le concept de « système sexe/genre » je me suis aperçue de quelques curiosités dans la réception et l’utilisation du concept depuis 1975 en France. Ces curiosités feront l’objet du présent billet.

Le système sexe/genre

C’est Gayle Rubin qui crée le concept de « système sexe/genre » en 1975 dans le fameux article « The Traffic in Women : Notes on the ‘political economy’ of sex ». On y trouve plusieurs définitions successives du système sexe/genre :

À titre de définition préliminaire, disons qu’un « système de sexe/genre » est l’ensemble des dispositions par lesquelles une société transforme la sexualité biologique en produits de l’activité humaine et dans lesquelles ces besoins sexuels transformés sont satisfaits. (Rubin : 1999[1975])

Le système sexe/genre c’est donc la manière dont un matériel biologique (le sexe) est organisé selon un système culturel.

Continuer la lecture de La mémoire des concepts : le « système sexe/genre »

Genre et sexualité : le premier de nous deux…

8086263215_404007b362_o

Je souhaite par ce billet aborder la différence entre genre et sexualité.

Je suis frappée, et m’en énerve d’ailleurs régulièrement sur twitter, de la confusion entre « sexué » et « sexuel ». Les deux termes sont employés très souvent l’un pour l’autre, et je m’inclus dans la critique : ce n’est que très récemment que j’ai substitué à variation du développement sexuel variation du développement du sexe.

Ces confusions sont partout : par exemple, on a vu récemment Le Monde parler d’intersexuel et pas d’intersexué ou d’intersexe à propos des nouvelles possibilités offertes par Facebook. Les nouveau-nés intersexes n’ont pas beaucoup de sexualité, heureusement pour eux… Je passe sur le terme transsexualité, utilisé très largement, qui ne veut pas dire grand chose. Les appellations trans renvoient à des questions de genre ou de sexe, mais pas de sexualité (ou alors d’une manière secondaire). On peut être trans et gay, lesbien.ne, hétéro, bi, asexuel… Dans un autre registre, ce qui est craint pour les petits garçons qui veulent s’habiller en rose ou jouer à la poupée c’est qu’ils deviennent homosexuels : or, en toute logique, ce qui pourrait être un objet d’inquiétude réactionnaire c’est qu’illes deviennent/soient trans. On est sur quelque chose qui a trait à l’identité, au genre, mais pas à la sexualité.

Cette confusion n’est évidemment pas un hasard ; ce qui paraît la norme, voire plus, l’évidence, c’est l’alignement de ces trois ordres : le sexe (mâle/femelle), le genre (homme/femme) et l’hétérosexualité. Un homme est censé avoir des organes génitaux mâles, être masculin/viril et  être attiré par les femmes ; une femme est censée avoir des organes génitaux femelle, être féminine et être attirée par les hommes. Ces trois composantes sont censées découler les unes des autres et être normales ou naturelles : comme elles sont idéologiquement étroitement intriquées, elles sont également intriquées dans le langage et les représentations. Continuer la lecture de Genre et sexualité : le premier de nous deux…