Archives par mot-clé : militantisme

Retour sur les « 5 sexes » et les « 5 sexes revisités » de Fausto-Sterling

71xDz+BKhSL

Merci à Yagos Koliopanos de m’avoir demandé d’écrire ce texte ! 

En relisant les deux articles d’Anne-Fausto Sterling j’ai été frappée à la fois par leur actualité sur la question intersexe aussi bien que par le chemin parcouru depuis 1993, date de la parution des « 5 sexes » dans The Sciences. C’est sur cette double dimension que j’aimerais revenir dans les lignes qui suivent. Continuer la lecture de Retour sur les « 5 sexes » et les « 5 sexes revisités » de Fausto-Sterling

L’inquiétude de la théorie et de la pratique – Réponse à Gloria França

Ce billet est une réponse à celui de Gloria França que vous pouvez lire sur son carnet Ces mots qui voyagent.

Lorsque, la semaine dernière, au cours d’une discussion sur la difficulté à concilier théorie et pratique, Gloria m’a lu ces quelques lignes de son petit carnet, j’ai éprouvé ce joyeux sentiment de proximité et d’entente dans une amitié naissante. Gloria écrit dans son billet à propos de nos discussions « c’est une belle rencontre que la nôtre », et c’est aussi ce que je ressens : le partage de mêmes interrogations, de mêmes problèmes et surtout de mêmes inquiétudes – le mot est loin d’être choisi au hasard – et je pense que c’est ce dernier point qui nous a donné envie d’écrire ces billets jumeaux.

Gloria avait donc écrit sur son petit carnet :

Mon rapport avec la théorie et la praxis féministe : dans mon cas c’est la théorie qui est venue d’abord – et avec elle, par la suite, une praxis politique issue de la théorie, mais pas uniquement. Et ces deux facettes restent distincts mais imbriquées. Avant d’avoir accès à la théorie ce que je ressentais c’était l’expérience de l’oppression, cependant je ne la formulais pas.

Continuer la lecture de L’inquiétude de la théorie et de la pratique – Réponse à Gloria França

Séparer sexe et genre : une nécessité ?

3895110167_12b4effeb3_o

Dans ce billet estival, j’aimerais revenir rapidement sur certaines réflexions que je développe depuis l’ouverture de ce carnet.

Dans la plupart de mes billets, j’insiste sur la nécessité de séparer sexe, genre et sexualité. Bien sûr je considère que ces trois « ordres » sont étroitement liés ; mais il me semble nécessaire de les séparer, à la fois pour des raisons heuristiques et politiques. En effet les lier, c’est courir le risque de dire que les femmes ou les hommes sont naturellement ceci ou cela, c’est courir le risque d’associer obligatoirement homosexualité et féminité etc.  J’ai expliqué plus en détail ici et pourquoi cela faisait problème.

Ma récente lecture de Nous n’avons jamais été modernes de Latour m’a fait remettre en perspective mon obsession de la distinction entre sexe et genre.

Dans cet ouvrage Latour explique le fonctionnement de la modernité : les modernes ont créé deux pôles d’explication du monde, incompatibles, mais qui cependant dépendent l’un de l’autre : la nature et la société. L’ordre de la nature et l’ordre de la culture doivent dans ce cadre être absolument séparés. C’est là le travail de purification : faire en sorte que ce qui est étudié, ce qui est créé, obéisse soit entièrement aux lois de nature, soit entièrement au monde social. Mais ce faisant, les modernes se livrent en même temps à un travail de médiation : il s’agit de la prolifération de « quasi-objets », d’hybrides (le trou de la couche d’ozone par exemple : à la fois un fait « de nature » et un fait des hommes),  qui se multiplient d’autant plus que la séparation entre nature et culture est forte. Cette création d’hybrides reste impensée ou alors « purifiée ». Continuer la lecture de Séparer sexe et genre : une nécessité ?

Dans la Villa Réflexive : savoirs situés et énonciation de privilèges

Au mois d’avril 2014, j’ai écrit dans la Villa Réflexive  une série de billets à propos des savoirs situés, de l’expérience, du savoir et de l’ignorance. J’y ai notamment évoqué ce que j’appelle les « énonciations de privilèges ».  J’en reproduis le sommaire ici :

Discours légitimes

Ceulles qui savent…

…et ceulles qui ignorent.

Un point de vue sur les savoirs situés

Je suis une femme, blanche, valide athée…