Archives par mot-clé : langue

Sur le performatif (1) – Ce que le performatif veut dire

Ce billet inaugure une série sur le performatif, ses théories et ses applications.

Ce premier billet théorique est consacré à la critique de la conception du performatif chez Bourdieu. Mon point de départ, c’est la place qui est accordée au texte de Bourdieu 1982 Ce que parler veut dire dans les analyses sociologiques, mais aussi parfois sociolinguistiques sur le langage : le livre de Bourdieu est souvent cité, abondamment, comme un incontournable de ce qui peut être dit dans une approche sociale/sociologique/sociologisante du discours et du performatif. Le problème avec Ce que parler veut dire est que c’est un texte qui comporte un certain nombre de points contestables, voire de faiblesses, dans son appréhension de la langue : on peut défendre une tout autre vision de la langue et du discours que les positions bourdieusiennes, et, selon moi (mais je ne suis pas seule, comme je vais le montrer), des perspectives bien plus riches pour l’analyse. Ces perspectives demeurent néanmoins souvent minoritaires, notamment aux yeux des disciplines non linguistiques.

Ce présent billet a donc pour but de montrer certains écueils du texte bourdieusien. Il s’agit plus précisément de faire la synthèse des différentes critiques qui ont été adressées à Ce que parler veut dire, notamment par la linguistique, lors de la parution de l’ouvrage (dans les années 80 donc), dans des textes qui sont un peu tombés dans l’oubli. Je me concentrerai plus précisément sur la question du performatif, qui m’intéresse pour plusieurs raisons : 1) c’est le nœud de la critique que Bourdieu adresse à la linguistique et la pragmatique, 2) je défendrai dans un prochain billet une approche derridienne du performatif tout à fait opposée aux thèses bourdieusiennes.

Dans un premier temps, je résumerai les positions de Bourdieu sur la langue et le performatif, je présenterai ensuite les critiques qui lui ont été adressées par la linguistique en ce qui concerne 1) sa conception de la langue 2) sa conception du performatif. Je présenterai ensuite le performatif butlérien qui me semble une bonne alternative au performatif bourdieusien. J’ouvrirai pour finir sur la critique derridienne du performatif austinien en ouvrant sur la question de la présence. Continuer la lecture de Sur le performatif (1) – Ce que le performatif veut dire

Le genre du genre

535870592_b91c58dbd0_o

De retour sur Corps et mots, je propose un billet un peu grinçant, qui se veut un pied de nez à tou.te.s ceulles qui pensent que le genre c’est le genre grammatical et que pour parler des individus on n’a pas besoin de cette notion et que sexe suffit.

Pour des réflexions plus approfondies sur la question voir ici ou par exemple  :  ou encore, les ouvrages de Houdebine, Yaguello etc.

Il s’agit ici de relever quelques confusions et remarques amusantes-consternantes dans une des grammaires les plus utilisées, Le Bon usage de Grevisse & Goosse (abrégés G&G par la suite) afin de montrer que même les grammairien.ne.s ne peuvent se contenter de la notion de genre grammatical.  A ceulles qui pensent que la langue française est une science exacte, il faudra donc expliquer que ce n’est pas tout à fait le cas…

Le Bon usage est une des grammaires de référence, et constitue plutôt un répertoire des usages qu’une grammaire prescriptive, avec une dimension historique forte. C’est en cherchant le genre (grammatical pour le coup) d’un mot absurde type échappatoire, équinoxe, obélisque, anicroche etc. (je commets régulièrement des fautes de genre – il faut croire qu’on ne choisit pas son sujet de thèse pour rien) que je suis tombée sur la presque centaine de pages consacrée au genre dans le Bon usage. (Par comparaison, la question du genre occupe moins de 5 pages dans la Grammaire méthodique du français ; j’avoue avoir du mal à m’expliquer cette différence de traitement) Continuer la lecture de Le genre du genre