Archives par mot-clé : genre

Séparer sexe et genre : une nécessité ?

3895110167_12b4effeb3_o

Dans ce billet estival, j’aimerais revenir rapidement sur certaines réflexions que je développe depuis l’ouverture de ce carnet.

Dans la plupart de mes billets, j’insiste sur la nécessité de séparer sexe, genre et sexualité. Bien sûr je considère que ces trois « ordres » sont étroitement liés ; mais il me semble nécessaire de les séparer, à la fois pour des raisons heuristiques et politiques. En effet les lier, c’est courir le risque de dire que les femmes ou les hommes sont naturellement ceci ou cela, c’est courir le risque d’associer obligatoirement homosexualité et féminité etc.  J’ai expliqué plus en détail ici et pourquoi cela faisait problème.

Ma récente lecture de Nous n’avons jamais été modernes de Latour m’a fait remettre en perspective mon obsession de la distinction entre sexe et genre.

Dans cet ouvrage Latour explique le fonctionnement de la modernité : les modernes ont créé deux pôles d’explication du monde, incompatibles, mais qui cependant dépendent l’un de l’autre : la nature et la société. L’ordre de la nature et l’ordre de la culture doivent dans ce cadre être absolument séparés. C’est là le travail de purification : faire en sorte que ce qui est étudié, ce qui est créé, obéisse soit entièrement aux lois de nature, soit entièrement au monde social. Mais ce faisant, les modernes se livrent en même temps à un travail de médiation : il s’agit de la prolifération de « quasi-objets », d’hybrides (le trou de la couche d’ozone par exemple : à la fois un fait « de nature » et un fait des hommes),  qui se multiplient d’autant plus que la séparation entre nature et culture est forte. Cette création d’hybrides reste impensée ou alors « purifiée ». Continuer la lecture de Séparer sexe et genre : une nécessité ?

Le genre du genre

535870592_b91c58dbd0_o

De retour sur Corps et mots, je propose un billet un peu grinçant, qui se veut un pied de nez à tou.te.s ceulles qui pensent que le genre c’est le genre grammatical et que pour parler des individus on n’a pas besoin de cette notion et que sexe suffit.

Pour des réflexions plus approfondies sur la question voir ici ou par exemple  :  ou encore, les ouvrages de Houdebine, Yaguello etc.

Il s’agit ici de relever quelques confusions et remarques amusantes-consternantes dans une des grammaires les plus utilisées, Le Bon usage de Grevisse & Goosse (abrégés G&G par la suite) afin de montrer que même les grammairien.ne.s ne peuvent se contenter de la notion de genre grammatical.  A ceulles qui pensent que la langue française est une science exacte, il faudra donc expliquer que ce n’est pas tout à fait le cas…

Le Bon usage est une des grammaires de référence, et constitue plutôt un répertoire des usages qu’une grammaire prescriptive, avec une dimension historique forte. C’est en cherchant le genre (grammatical pour le coup) d’un mot absurde type échappatoire, équinoxe, obélisque, anicroche etc. (je commets régulièrement des fautes de genre – il faut croire qu’on ne choisit pas son sujet de thèse pour rien) que je suis tombée sur la presque centaine de pages consacrée au genre dans le Bon usage. (Par comparaison, la question du genre occupe moins de 5 pages dans la Grammaire méthodique du français ; j’avoue avoir du mal à m’expliquer cette différence de traitement) Continuer la lecture de Le genre du genre

Genre et sexualité : le premier de nous deux…

8086263215_404007b362_o

Je souhaite par ce billet aborder la différence entre genre et sexualité.

Je suis frappée, et m’en énerve d’ailleurs régulièrement sur twitter, de la confusion entre « sexué » et « sexuel ». Les deux termes sont employés très souvent l’un pour l’autre, et je m’inclus dans la critique : ce n’est que très récemment que j’ai substitué à variation du développement sexuel variation du développement du sexe.

Ces confusions sont partout : par exemple, on a vu récemment Le Monde parler d’intersexuel et pas d’intersexué ou d’intersexe à propos des nouvelles possibilités offertes par Facebook. Les nouveau-nés intersexes n’ont pas beaucoup de sexualité, heureusement pour eux… Je passe sur le terme transsexualité, utilisé très largement, qui ne veut pas dire grand chose. Les appellations trans renvoient à des questions de genre ou de sexe, mais pas de sexualité (ou alors d’une manière secondaire). On peut être trans et gay, lesbien.ne, hétéro, bi, asexuel… Dans un autre registre, ce qui est craint pour les petits garçons qui veulent s’habiller en rose ou jouer à la poupée c’est qu’ils deviennent homosexuels : or, en toute logique, ce qui pourrait être un objet d’inquiétude réactionnaire c’est qu’illes deviennent/soient trans. On est sur quelque chose qui a trait à l’identité, au genre, mais pas à la sexualité.

Cette confusion n’est évidemment pas un hasard ; ce qui paraît la norme, voire plus, l’évidence, c’est l’alignement de ces trois ordres : le sexe (mâle/femelle), le genre (homme/femme) et l’hétérosexualité. Un homme est censé avoir des organes génitaux mâles, être masculin/viril et  être attiré par les femmes ; une femme est censée avoir des organes génitaux femelle, être féminine et être attirée par les hommes. Ces trois composantes sont censées découler les unes des autres et être normales ou naturelles : comme elles sont idéologiquement étroitement intriquées, elles sont également intriquées dans le langage et les représentations. Continuer la lecture de Genre et sexualité : le premier de nous deux…

Le discours de quoi ?

7153093241_d169dd5416_z

Ou « le sexe est il un objet d’étude pour la linguistique ? »

J’ai parlé ici de la différence entre sexe et genre, en concluant qu’il me semblait utile, au moins de manière heuristique, de les séparer en certains points. J’aimerais à présent me demander qui, du sexe ou du genre, peut être l’objet de la linguistique, et plus précisément de l’analyse du discours. Ma thèse porte sur le sexe ; mais plus j’avance plus je me rends compte que mon travail porte finalement très peu sur le sexe, et beaucoup sur le genre. C’est une constatation que j’ai d’abord trouvée étonnante dans la mesure où ce sont bien des sexes, des concentrations hormonales, des longueurs de pénis et clitoris qui sont à la base de mes recherches.

Travailler sur discours et genre, ne pose pas spécifiquement de problème : le genre et le discours entretiennent des liens étroits. La question se corse lorsqu’on cherche tout de même  à considérer le sexe dans sa matérialité biologique et à l’intégrer à une théorie du discours. Continuer la lecture de Le discours de quoi ?

Le sexe est-il du genre ?

Ce billet est la première partie d’une série sur les distinctions entre sexes, genres et sexualités. 

8252270882_60e15fbda5_z

Je ne prétends pas faire un résumé de cette question vastement débattue par les biologistes et les anthropologues féministes principalement ; j’essaierai simplement ici de dégager quelques problèmes. Cette question un peu provocatrice (qui ferait sans doute la joie des militants de la Manif pour tous) s’inscrit dans la réflexion menée sur la biologie du sexe par différentes féministes : Fausto-Sterling, Kraus, Touraille notamment. Ces théoriciennes ont mis en évidence que le rapport à l’objet sexe de la médecine et de la biologie était pétri d’idéologies, de métaphores et évidemment de binarité : les scientifiques mettent en place des protocoles de recherche sans questionner leurs a priori, et prouvent par là même leurs présupposés : il y a deux sexes. On peut lire là-dessus l’excellent blog Allodoxia d’Odile Fillod tout entier consacré à déconstruire les présupposés fallacieux des études qui montrent l’importance de la différence des sexes (vous savez, toutes ces études PROUVEES SCIENTIFIQUEMENT qui montrent que le sexe biologique est responsable de (au choix) : la couleur de vos chaussettes, l’endroit où vous partez en vacances, votre film préféré etc.).

 Ces chercheuses féministes montrent que la nature elle-même est plus complexe que cela : il y a des femmes aux chromosomes XY, des hommes qui ont un taux de testostérone moins élevé que leur voisine : les sexes se déclinent en variations bien plus nombreuses, et non pathologiques, que deux. La dualité du sexe, dans ce cadre, est construite par des discours et des pratiques (médicales, religieuses, culturelles, familiales, sexuelles…) : il s’agit d’un processus de naturalisation. Continuer la lecture de Le sexe est-il du genre ?

Montrer le sexe

L'hermaphrodite de Nadar

 J’inaugure ce carnet de recherche par un billet sur les difficultés à montrer des images/vidéos de sexes, c’est à dire d’organes génitaux, dans des productions destinées à être diffusées (supports de cours, colloques, articles etc.). Le sujet peut paraître à première vue assez peu linguistique puisqu’il s’agit d’images ; mais montrer ce sur quoi je travaille et ne pas simplement le dire me semble justement soulever des questions intéressantes. Pour des raisons que j’expliquerai, j’inclurai peu d’images dans ce texte ; j’essaierai de renvoyer le plus possible à des liens.

Je prépare une thèse sur les variations du développement du sexe, et j’ai remarqué que lorsque j’évoquais ces variations, beaucoup de mes interlocuteur.ice.s ne voyaient pas de quoi je voulais parler. Il en va de même lorsque j’utilise les termes de sexes non-normés,  sexes atypiques, intersexualité, intersexuation. En général la situation s’éclaircit quand, résignée, je prononce le terme hermaphrodite ; mais celui-ci m’embête pour plusieurs raisons : tout d’abord car il fait tout de suite apparaître une figure monstrueuse ; ensuite car il désigne une réalité qui n’existe pas chez l’être humain (personne ne peut avoir les deux sexes fonctionnels) ; enfin car les mouvements intersexes se sont beaucoup opposés à l’emploi de ce terme, jugé stigmatisant (même s’il existe également  une volonté de resignifier le terme à travers une « fierté hermaphrodite »). Finalement, même lorsque, grâce à l’emploi d’hermaphrodisme, le malentendu semble dissipé, les choses restent assez peu claires : hermaphrodisme convoque des représentations et des images très éloignées de la réalité sur laquelle je travaille. D’une manière générale, l’idée de sexes atypiques ou non normés à tendance à provoquer de l’effroi. Or, une confrontation avec des images de ce genre de sexes « dédramatise » tout de suite les réactions : une variation du développement sexuel n’est rien de plus… qu’une variation, et ça n’est, en soi, ni laid, ni triste, ni horrible. Continuer la lecture de Montrer le sexe