Archives par mot-clé : anthropologie

La mémoire des concepts : le « système sexe/genre »

SONY DSCJe m’étais promis d’arrêter avec les billets sur la différence entre sexe, genre(s) et sexualités mais je vais donc en commettre un de plus – que j’espère être un billet de clôture de cette série.

En cherchant à utiliser dans ma thèse le concept de « système sexe/genre » je me suis aperçue de quelques curiosités dans la réception et l’utilisation du concept depuis 1975 en France. Ces curiosités feront l’objet du présent billet.

Le système sexe/genre

C’est Gayle Rubin qui crée le concept de « système sexe/genre » en 1975 dans le fameux article « The Traffic in Women : Notes on the ‘political economy’ of sex ». On y trouve plusieurs définitions successives du système sexe/genre :

À titre de définition préliminaire, disons qu’un « système de sexe/genre » est l’ensemble des dispositions par lesquelles une société transforme la sexualité biologique en produits de l’activité humaine et dans lesquelles ces besoins sexuels transformés sont satisfaits. (Rubin : 1999[1975])

Le système sexe/genre c’est donc la manière dont un matériel biologique (le sexe) est organisé selon un système culturel.

Continuer la lecture de La mémoire des concepts : le « système sexe/genre »

Séparer sexe et genre : une nécessité ?

3895110167_12b4effeb3_o

Dans ce billet estival, j’aimerais revenir rapidement sur certaines réflexions que je développe depuis l’ouverture de ce carnet.

Dans la plupart de mes billets, j’insiste sur la nécessité de séparer sexe, genre et sexualité. Bien sûr je considère que ces trois « ordres » sont étroitement liés ; mais il me semble nécessaire de les séparer, à la fois pour des raisons heuristiques et politiques. En effet les lier, c’est courir le risque de dire que les femmes ou les hommes sont naturellement ceci ou cela, c’est courir le risque d’associer obligatoirement homosexualité et féminité etc.  J’ai expliqué plus en détail ici et pourquoi cela faisait problème.

Ma récente lecture de Nous n’avons jamais été modernes de Latour m’a fait remettre en perspective mon obsession de la distinction entre sexe et genre.

Dans cet ouvrage Latour explique le fonctionnement de la modernité : les modernes ont créé deux pôles d’explication du monde, incompatibles, mais qui cependant dépendent l’un de l’autre : la nature et la société. L’ordre de la nature et l’ordre de la culture doivent dans ce cadre être absolument séparés. C’est là le travail de purification : faire en sorte que ce qui est étudié, ce qui est créé, obéisse soit entièrement aux lois de nature, soit entièrement au monde social. Mais ce faisant, les modernes se livrent en même temps à un travail de médiation : il s’agit de la prolifération de « quasi-objets », d’hybrides (le trou de la couche d’ozone par exemple : à la fois un fait « de nature » et un fait des hommes),  qui se multiplient d’autant plus que la séparation entre nature et culture est forte. Cette création d’hybrides reste impensée ou alors « purifiée ». Continuer la lecture de Séparer sexe et genre : une nécessité ?