Archives de catégorie : Lectures

Retour sur les « 5 sexes » et les « 5 sexes revisités » de Fausto-Sterling

71xDz+BKhSL

Merci à Yagos Koliopanos de m’avoir demandé d’écrire ce texte ! 

En relisant les deux articles d’Anne-Fausto Sterling j’ai été frappée à la fois par leur actualité sur la question intersexe aussi bien que par le chemin parcouru depuis 1993, date de la parution des « 5 sexes » dans The Sciences. C’est sur cette double dimension que j’aimerais revenir dans les lignes qui suivent. Continuer la lecture de Retour sur les « 5 sexes » et les « 5 sexes revisités » de Fausto-Sterling

La mémoire des concepts : le « système sexe/genre »

SONY DSCJe m’étais promis d’arrêter avec les billets sur la différence entre sexe, genre(s) et sexualités mais je vais donc en commettre un de plus – que j’espère être un billet de clôture de cette série.

En cherchant à utiliser dans ma thèse le concept de « système sexe/genre » je me suis aperçue de quelques curiosités dans la réception et l’utilisation du concept depuis 1975 en France. Ces curiosités feront l’objet du présent billet.

Le système sexe/genre

C’est Gayle Rubin qui crée le concept de « système sexe/genre » en 1975 dans le fameux article « The Traffic in Women : Notes on the ‘political economy’ of sex ». On y trouve plusieurs définitions successives du système sexe/genre :

À titre de définition préliminaire, disons qu’un « système de sexe/genre » est l’ensemble des dispositions par lesquelles une société transforme la sexualité biologique en produits de l’activité humaine et dans lesquelles ces besoins sexuels transformés sont satisfaits. (Rubin : 1999[1975])

Le système sexe/genre c’est donc la manière dont un matériel biologique (le sexe) est organisé selon un système culturel.

Continuer la lecture de La mémoire des concepts : le « système sexe/genre »

What is (Right With) Standpoint Theory?

4748166227_dc3eae9623_bSoit ce billet, intitulé What Is (Wrong With) Standpoint Theory?, partagé hier soir sur Twitter et qui y fait débat depuis.

Je trouve que cet article est globalement très malhonnête et que son raisonnement ne tient pas, et c’est ce que j’essaierai de montrer en plusieurs points, sans faire une lecture linéaire du texte et sans me référer précisément à des ouvrages de Standpoint Theory (que je n’ai pas sous la main aujourd’hui). Ce sont des notes partielles et décousues, écrites dans le feu de l’action.

Je précise que je suis moi-même critique de certains usages et courants de la Standpoint Theory, ce que j’ai exprimé ici ; néanmoins il y a certains textes et certain-e-s auteurs qui me semblent fondamentaux (pour la recherche féministe/ethno etc..) . En tout cas, une critique de la ST doit être un peu plus construite que ce que cette personne nous donne à lire.

  Continuer la lecture de What is (Right With) Standpoint Theory?

Le genre du genre

535870592_b91c58dbd0_o

De retour sur Corps et mots, je propose un billet un peu grinçant, qui se veut un pied de nez à tou.te.s ceulles qui pensent que le genre c’est le genre grammatical et que pour parler des individus on n’a pas besoin de cette notion et que sexe suffit.

Pour des réflexions plus approfondies sur la question voir ici ou par exemple  :  ou encore, les ouvrages de Houdebine, Yaguello etc.

Il s’agit ici de relever quelques confusions et remarques amusantes-consternantes dans une des grammaires les plus utilisées, Le Bon usage de Grevisse & Goosse (abrégés G&G par la suite) afin de montrer que même les grammairien.ne.s ne peuvent se contenter de la notion de genre grammatical.  A ceulles qui pensent que la langue française est une science exacte, il faudra donc expliquer que ce n’est pas tout à fait le cas…

Le Bon usage est une des grammaires de référence, et constitue plutôt un répertoire des usages qu’une grammaire prescriptive, avec une dimension historique forte. C’est en cherchant le genre (grammatical pour le coup) d’un mot absurde type échappatoire, équinoxe, obélisque, anicroche etc. (je commets régulièrement des fautes de genre – il faut croire qu’on ne choisit pas son sujet de thèse pour rien) que je suis tombée sur la presque centaine de pages consacrée au genre dans le Bon usage. (Par comparaison, la question du genre occupe moins de 5 pages dans la Grammaire méthodique du français ; j’avoue avoir du mal à m’expliquer cette différence de traitement) Continuer la lecture de Le genre du genre