Archives de catégorie : Actualités

Sur le performatif (1) – Ce que le performatif veut dire

Ce billet inaugure une série sur le performatif, ses théories et ses applications.

Ce premier billet théorique est consacré à la critique de la conception du performatif chez Bourdieu. Mon point de départ, c’est la place qui est accordée au texte de Bourdieu 1982 Ce que parler veut dire dans les analyses sociologiques, mais aussi parfois sociolinguistiques sur le langage : le livre de Bourdieu est souvent cité, abondamment, comme un incontournable de ce qui peut être dit dans une approche sociale/sociologique/sociologisante du discours et du performatif. Le problème avec Ce que parler veut dire est que c’est un texte qui comporte un certain nombre de points contestables, voire de faiblesses, dans son appréhension de la langue : on peut défendre une tout autre vision de la langue et du discours que les positions bourdieusiennes, et, selon moi (mais je ne suis pas seule, comme je vais le montrer), des perspectives bien plus riches pour l’analyse. Ces perspectives demeurent néanmoins souvent minoritaires, notamment aux yeux des disciplines non linguistiques.

Ce présent billet a donc pour but de montrer certains écueils du texte bourdieusien. Il s’agit plus précisément de faire la synthèse des différentes critiques qui ont été adressées à Ce que parler veut dire, notamment par la linguistique, lors de la parution de l’ouvrage (dans les années 80 donc), dans des textes qui sont un peu tombés dans l’oubli. Je me concentrerai plus précisément sur la question du performatif, qui m’intéresse pour plusieurs raisons : 1) c’est le nœud de la critique que Bourdieu adresse à la linguistique et la pragmatique, 2) je défendrai dans un prochain billet une approche derridienne du performatif tout à fait opposée aux thèses bourdieusiennes.

Dans un premier temps, je résumerai les positions de Bourdieu sur la langue et le performatif, je présenterai ensuite les critiques qui lui ont été adressées par la linguistique en ce qui concerne 1) sa conception de la langue 2) sa conception du performatif. Je présenterai ensuite le performatif butlérien qui me semble une bonne alternative au performatif bourdieusien. J’ouvrirai pour finir sur la critique derridienne du performatif austinien en ouvrant sur la question de la présence. Continuer la lecture de Sur le performatif (1) – Ce que le performatif veut dire

Soutenance de thèse — 18/11/16 — Les matérialités discursives du sexe

C’est avec grand plaisir que je vous annonce la soutenance de ma thèse de doctorat en Sciences du Langage intitulée « Les matérialités discursives du sexe »

le vendredi 18 novembre 2016 à 9h00

à l’Université Paris 13
99 Avenue Jean Baptiste Clément, 93430 Villetaneuse

IUT de Villetaneuse, salle T204

La soutenance sera suivie d’un pot. Afin d’en faciliter l’organisation, merci à celles et ceux qui me feront l’amitié de leur présence de m’en informer par mail (noemie.marignier[at]gmail.com).

Pour venir à Paris 13 :
Depuis la Gare du Nord prendre le train de banlieue jusqu’à l’arrêt Epinay-Villetaneuse. Puis bus 156 à la sortie de la gare, jusqu’à l’arrêt Université Paris 13 (30 minutes environ).
L’université est également accessible par le T8 depuis la Gare de St-Denis

 14596940540_f6216f1cde_o1

Les matérialités discursives du sexe

La construction et la déstabilisation des évidences du genre dans les discours sur les sexes atypiques

Thèse dirigée par Luca Greco et Marie-Anne Paveau

 

Composition du jury

Delphine GARDEY, Professeure ordinaire, Université de Genève
Luca GRECO, Maître de conférences, Université Sorbonne Nouvelle
Dominique MAINGUENEAU, Professeur, Université Paris-Sorbonne
Patricia VON MÜNCHOW, Professeure, Université Paris Descartes
Stéphanie PAHUD, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne
Marie-Anne PAVEAU, Professeure, Université Paris 13
François PEREA, Maître de conférences, Université Paul Valéry Montpellier 3

Résumé

Cette thèse porte sur les discours relatifs aux variations du développement du sexe (intersexuation) : il s’agit de considérer ces discours comme un lieu où la différence binaire des sexes est possiblement déstabilisée ou au contraire produite et réaffirmée. Cette thèse s’inscrit dans le domaine de l’analyse du discours avec un double ancrage théorique. D’une part, je m’inscris dans la continuité de l’analyse de discours dite française, en faisant dialoguer la théorie du discours avec les études de genre autour des concepts d’idéologie, de formation discursive et de préconstruit. D’autre part, ma thèse adopte la perspective des Gender & Language Studies anglophones dont les recherches portent sur les questions de pratiques de catégorisations et de construction des identités de genre. Mes analyses portent sur la manière dont les différent·es locuteur·es mobilisent les ressources sémantiques, lexicales, énonciatives et pragmatiques de la langue dans leurs pratiques discursives afin de produire les sens du sexe, de créer les identités sexuées, mais aussi de stabiliser ou déstabiliser les idéologies de genre dans des mouvements constants de naturalisation (effets d’évidence, stéréotypies) et de dénaturalisation (non-coïncidences des dires, créations lexico-syntaxiques) de la différence des sexes. Trois corpus ont été constitués afin de mener des analyses sur la construction discursive des sexes : un corpus de discours médicaux, un corpus de discours militants, et un corpus de discours pornographiques. À partir d’analyses qualitatives des observables prélevés, cette thèse montre que les sens du sexe sont toujours en train de se faire et de se défaire dans les discours : produits par l’idéologie hétéronormative, affirmés ou subvertis par les constitutions subjectives, reconfigurés par les discours du désir.

Mots-clés : sexes, pratiques discursives, idéologies, formations discursives, identités

Crédit photo : Hermaphroditismus beim Menschen, Internet Archive Book Images.

Corps et Mots

Ce carnet de recherche vise à présenter des hypothèses de travail sur le rapport entre sexes et langage. Préparant une thèse en Sciences du Langage sur les discours des variations du développement sexuel, je m’intéresse à la manière dont les discours construisent les représentations du corps, des sexes, des genres et des sexualités.
Mon travail s’inscrit à la fois dans les études de genre et l’analyse du discours.
Mes thématiques seraient les suivantes :
– travaux et réflexions sur l’articulation sexes-genres-sexualités dans les discours scientifiques, militants, médiatiques, médicaux
– difficultés méthodologiques et éthiques qui se posent dans mon travail de recherche sur le sujet tabou et méconnu des variations du développement sexuel.