Séparer sexe et genre : une nécessité ?

3895110167_12b4effeb3_o

Dans ce billet estival, j’aimerais revenir rapidement sur certaines réflexions que je développe depuis l’ouverture de ce carnet.

Dans la plupart de mes billets, j’insiste sur la nécessité de séparer sexe, genre et sexualité. Bien sûr je considère que ces trois « ordres » sont étroitement liés ; mais il me semble nécessaire de les séparer, à la fois pour des raisons heuristiques et politiques. En effet les lier, c’est courir le risque de dire que les femmes ou les hommes sont naturellement ceci ou cela, c’est courir le risque d’associer obligatoirement homosexualité et féminité etc.  J’ai expliqué plus en détail ici et pourquoi cela faisait problème.

Ma récente lecture de Nous n’avons jamais été modernes de Latour m’a fait remettre en perspective mon obsession de la distinction entre sexe et genre.

Dans cet ouvrage Latour explique le fonctionnement de la modernité : les modernes ont créé deux pôles d’explication du monde, incompatibles, mais qui cependant dépendent l’un de l’autre : la nature et la société. L’ordre de la nature et l’ordre de la culture doivent dans ce cadre être absolument séparés. C’est là le travail de purification : faire en sorte que ce qui est étudié, ce qui est créé, obéisse soit entièrement aux lois de nature, soit entièrement au monde social. Mais ce faisant, les modernes se livrent en même temps à un travail de médiation : il s’agit de la prolifération de « quasi-objets », d’hybrides (le trou de la couche d’ozone par exemple : à la fois un fait « de nature » et un fait des hommes),  qui se multiplient d’autant plus que la séparation entre nature et culture est forte. Cette création d’hybrides reste impensée ou alors « purifiée ».

« […] le mot « moderne » désigne deux ensembles de pratiques entièrement différentes qui, pour rester efficaces, doivent demeurer distinctes mais qui ont cessé récemment de l’être. Le premier ensemble de pratiques crée, par « traduction », des mélanges d’êtres entièrement nouveaux, hybrides de nature et de culture. Le second crée, par « purification », deux zones ontologiques entièrement distinctes, celle des humains d’une part, et celle des non-humains de l’autre. Sans le premier ensemble, les pratiques de purification seraient vides et oiseuses. Sans le second, le travail de traduction serait ralenti, limité ou même interdit. » (Latour 1997[1991] : 20-21)

 J’ai été assez saisie par cette explication latourienne des modernes ; et, ce qui m’a assez embêtée, j’y ai vu ma propre démarche.

En effet, les corps sexués sont typiquement des objets hybrides. Ils ont une dimension « naturelle » en tout cas non sociale : la société est assez impuissante sur le fait que le génome code des clitoris, des pénis, des hormones etc. En même temps, les corps sexués sont le produit de l’industrie pharmaceutique de telle manière qu’ils sont des objets sociaux et que les penser naturels est un leurre : pilule contraceptive, viagra, injections de testostérone, perturbateurs endocriniens…

En concevant sexe et genre de manière distincte, je me vois donc prise en plein délit de purification : face à un hybride, le corps sexué, je cherche absolument à séparer sa dimension « naturelle » (le sexe) de sa dimension sociale (le genre). Mon raisonnement n’est bien sûr pas si simpliste : lorsque je sépare le sexe du genre, ce n’est pas pour dire que le sexe est pure naturalité. Il s’agit plutôt de penser que le sexe existe, et n’est pas soluble ni dans le genre, ni dans les critiques des études de biologie et de médecine.

Après cette lecture de Latour, je me suis donc demandé pourquoi je tenais absolument à cette séparation sexe/genre. Cette « obsession » me semble d’autant plus étrange que je suis assez familière avec l’anthropologie ontologique (qui critique l’opposition nature/culture et à laquelle on peut rattacher Latour, Descola, Viveiros de Castro…), et depuis assez longtemps ; j’aurais donc dû logiquement critiquer cette distinction que je faisais bien avant.

J’essaierai de donner quelques points d’explication.

Tout d’abord, il s’agit de séparer sexe et genre car la distinction entre les deux est un acquis très récent et est loin d’être une idée partagée par tout le monde. Je n’ai pas besoin de rappeler à quel point femmes et hommes sont renvoyés, en ce qui concerne leur comportements les plus sociaux, à leurs conditions « naturelles » pour un oui ou pour un non : hommes plus agressifs à cause de la testostérone, instinct maternel pour les femmes etc. La « purification » et l’autonomie des domaines du sexe et du genre n’a rien d’une évidence.

C’est en lisant ce billet d’A-C Husson que j’ai compris ma nécessité de faire cette distinction. Husson explique son double (ou plus…) positionnement par rapport au(x) féminisme(s) en tant que chercheuse et en tant que militante. Elle évoque d’une part la nécessité de revendiquer des féminismes pluriels, contradictoires, parfois opposés, et d’autre part, le fait qu’il lui faille parfois unifier les positions féministes et parler « du féminisme » par intérêt stratégique.

Je crois ressentir quelque chose d’assez similaire. Si je suis persuadée de l’intrication extrême du sexe et du genre (de telle façon que ça n’a pas de sens de vouloir les penser indépendamment) si je suis complètement enthousiaste par la pensée d’une Preciado qui fond ensemble sexe et genre sans jamais rien naturaliser, il me semble en même temps nécessaire de conserver une distinction sexe/genre par positionnement militant. C’est à dire que face à des personnes qui rabattent le sexe sur le genre (notamment dans des postures d’essentialisation de la différence des sexes), je pense qu’il faut garder cette distinction heuristique. Et en même temps je pense que cette distinction est nocive, notamment pour les personnes intersexes et trans, à la fois dans sa dimension théorique (changer de genre c’est souvent changer de sexe…) et dans sa dimension militante (ou alors le militantisme intersexe est essentialiste, ce qui est absurde !)…

Crédits : Sein und Zeit, Daniel Stark, CC
Cite this article as: Noémie Marignier, "Séparer sexe et genre : une nécessité ?," in Corps et Mots , 27/07/2014, https://corpsmots.hypotheses.org/183.

4 réflexions au sujet de « Séparer sexe et genre : une nécessité ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *