Hacker le sexe

Poussin_-_hymenaeus01

Je parlerai dans ce billet d’auto-destruction d’hymen. J’ai découvert le témoignage dont je vais parler  il y a quelques semaines, et je l’ai trouvé tout à fait fascinant, une fois la surprise passée. J’aimerais essayer de mettre en ordre ici plusieurs réflexions qu’il m’inspire, mais avant tout plusieurs remarques :

-J’ai une estime très grande pour les communautés Doctissimo, les partages d’informations qui y ont lieu et les savoirs alternatifs qui y sont créés. Je ne suis évidemment pas en mesure d’évaluer ces savoirs, mais je trouve que les régulières dévalorisations et moqueries autour de ces discours sont largement injustifiées. Il s’agit quelque part pour moi ici d’expliquer en quoi certains fils de doctissimo.fr constituent des ressources précieuses.

– Il n’est pas question de promouvoir (ni de mettre en garde contre) cette pratique d’auto-destruction de l’hymen. Je parle en ma qualité de doctorante en linguistique et mes connaissances sur les hymens sont donc elles aussi alternatives…

– Il existe différents types d’hymens, ce qui, il me semble, est une information assez peu connue. Pour un échantillon de ces types voir les schémas ici. L’hymen à pont ou bridé ou encore bifenêtré dont parle la jeune fille du témoignage est le premier de la deuxième ligne.

– Je n’ai aucune connaissance de l’âge, du milieu etc. de la jeune fille qui témoigne, et comme son profil est supprimé il m’est impossible d’en avoir une idée plus précise. Je prends le parti de le traiter d’une manière occidentalo-centrée, en prenant pour présupposé que la symbolique de l’intégrité du corps et de la première fois (pour les jeunes filles) est très puissante en contexte occidental.

Voici donc le témoignage en question – le fil de discussion est ici :

Bon alors j’avais envie de raconter ma petite histoire moi aussi.

D’abord j’ai découvert hier ce qu’était un hymen à bride tout en découvrant que j’en avais un (jacpot).
Comment?
Bon, si vous en avez (aviez) un vous savais que c’est difficile de mettre un tampon avec, j’ai toujours eu du mal et suis restée fidèle aux serviettes un bout de temps, jusqu’à ce que je finisse par y arriver sans trop de soucis..
Donc hier pour la première fois je réussis à mettre un tampon taille normale (et non mini) sans aucun problème. J’étais trop fière.. (un petit pas pour l’homme mais un grand pas pour moi)
Sauf qu’au moment de l’enlever, impossible!!Je touchais et je sentais de la peau sur le tampon, autrement dit le trou n’était pas assez grand..
Je récupère un miroir pour voir ce qui ce passe la dessous, et là, the big surprise, je vois que le tampon est bloqué par une « tranche » de peau?!!
Mais c’est quoi ce binz?! Heureusement qu’internet existe, sinon ça aurait été panique à bord.. donc là, je tombe sur les pages précédentes et je comprends la situation..
Certes, je la comprends mais mon problème n’est pas résolu, parceque moi j’ai un tampon littéralement coincé.. et l’heure tourne, sachant qu’un tampon doit être retiré au bout de 8h max, il me restait au max 4h..
J’essai de tirer sur la ficelle ou de faire passer le tampon d’un coté (la galère..), mais ça faisait trop mal pour que je me décide à forcer.
Donc là, je réfléchis, que faire? Je me voyais moyen débarquer aux urgences pour dire que j’arrivais pas à enlever un tampon.. je veux bien avoir l’esprit ouvert mais j’ai un min de fierté quand même.. D’autant plus qu’apparemment c’est pas très connu  comme truc..
Donc j’avais pas trop le choix, et h’ai décidé de couper cet hymen « à la pont » au ciseau.
J’avais pas vraiment le choix.
Et je me suis dit:
1) Y a des filles qui acouchent toutes seules, je peux bien donner un petit coup de ciseaux.
2) Tirer et arracher ça fait trop mal.
3) Le truc est insensible, donc le découper sera sans douleur.
4) J’ai pas le temps (ni l’envie) de prendre rdv pour une opération chirurgicale..

Donc après avoir vite fait regardé comment stériliser un ciseaux, je l’ai trempé cinq minute dans de l’eau bouillante, puis 5 min dans un flacon d’alcool,
J’ai repris le miroir, et j’ai commencé « lopération », j’ai eu à mis prendre qu’à deux fois, la première j’étais un peu impressionnée (c’était pas hyper beau, du sang partout, un tampon sur le fond et ce pont de peau au milieu..
enfin bref, avec un peu de musique, et une bonne respiration, j’ai tranché le truc d’un coup sec.

Et pis voilà, ça m’a pas fait mal du tout, le tampon est sorti tout seul du coup, (je suis trop contente d’ailleurs car je vais pouvoir les mettre tranquille maintenant), ensuite j’ai pris une douche histoire de bien nettoyer pour pas que ça s’infecte et puis aujourd’hui en me douchant j’ai récupéré deux petits bouts de peau, j’en déduis que l’hymen s’est détaché tout seul, impécable.

Donc voilà, à l’heure actuelle je n’ai aucune douleur particulière, et je vais bien faire attention à bien me nettoyer pour qu’il n’y ai pas de problème.
J’ai voulu écrire ce mail pour vous dire les filles, que si vous avez les nerfs un min solides et un miroir je crois bien que vous pouvez éviter une opération (enfin je vous tiens au courant si ya des complications mais je vois pas pourquoi.. après tout, arraché par un pénis ou découpé, l’hymen finit par être retiré..). Après faite bien gaffe à bien tout nettoyer et à stériliser les ciseaux.
Et pour couper, il suffit de tirer sur la ficelle du tampon par exemple comme ça la tranche de peau est bien tendue et se coupe facilement.

 

Hacker le genre, hacker le sexe

J’aimerais analyser ce témoignage, et la pratique d’auto-destruction de l’hymen qui y est décrite, comme un hackage du sexe. J’emprunte l’expression à Preciado (qui parle de hackage du genre) même si l’analogie ne fonctionne pas parfaitement[1].

Preciado dans Testo Junkie raconte ses expériences de prise de testostérone qui ne s’inscrivent pas dans un processus classique et médicalisé de « changement de sexe » :

« Certains prennent des hormones en suivant un changement de sexe, et d’autres les trafiquent, se les administrent sans chercher à changer de sexe légal, ni à passer par un suivi psychiatrique. Ils ne s’identifient pas comme « dysphoriques de genre », et se proclament « pirates du genre », gender hackers. J’appartiens à ce groupe d’usagers de la testostérone. Nous sommes des usagers copyleft : nous considérons les hormones sexuelles comme des biocodes libres et ouverts, dont l’usage ne doit être réglementé ni par l’Etat, ni confisqué par les compagnies pharmaceutiques. » (Preciado 2008 : 51)

 Il y a donc l’idée de parasiter le système normal et légal de fabrication hormonale des corps. Il me semble qu’un point très important de cette pratique c’est qu’elle ne consiste pas à combattre le régime « pharmaco-pornographique » pour lui-même, mais bien plutôt à en subvertir les codes, à en détourner les usages, à en multiplier (illégalement) les possibilités. (2008 : 344-348)

 Analogiquement j’entends donc par hacker le sexe :

– Passer outre les dispositifs de surveillance des corps et le fonctionnement normal du soin, c’est à dire la médecine (on est ici en plein foucaldisme)

– Porter soi-même atteinte à son intégrité corporelle sexuée (« le corps comme nature immuable »), considérée comme une idéologie inculquée aux sujets comme naturelle.

– Réaliser un acte qui subvertit les représentations genrées.

C’est ce que me semble réaliser cette jeune en coupant elle-même son hymen. Elle passe outre une opération médicale jugée fastidieuse et inutile alors même que la norme de gestion des corps voudrait qu’elle consulte un médecin. On peut le voir dans les réponses, c’est effectivement ce que les doctinautes lui font remarquer ; la documentation disponible sur internet indique que c’est la conduite préconisée.

Elle réalise une transgression au niveau du corps : s’opérer soi-même, et qui plus est une zone particulièrement intime et souvent mal connue des jeunes filles elles-mêmes.

Elle met à mal le symbole de la virginité de manière double : en détruisant son symbole corporel (l’hymen) et en attachant très peu d’importance à ce que ce symbole représente dans le cadre d’une relation hétérosexuelle. Cette destruction n’est en effet pas tournée vers la sexualité mais bien vers une démarche pratique (pouvoir mettre des tampons).

Une rapide recherche m’informe que la pratique n’est pas rare, mais s’inscrit souvent dans la sexualité : il s’agit de jeunes femmes qui veulent cacher leur virginité, veulent « souffrir seules » ou veulent une première fois la plus épanouissante (« parfaite ») possible. Même s’il y a sans doute là aussi des pratiques d’empowerment à discuter, il me semble que l’objectif n’est pas tout à fait le même que dans le témoignage étudié – notamment à cause de l’importance accordée à la relation sexuelle hétéro dans ces cas.

J’aimerais mener à présent une analyse de ce témoignage un peu plus serrée .

Hackage des connaissances

Premier élément qui me semble intéressant dans le témoignage : la jeune fille se documente quasi exclusivement par internet :

« Je récupère un miroir pour voir ce qui ce passe la dessous, et là, the big surprise, je vois que le tampon est bloqué par une « tranche » de peau?!!
Mais c’est quoi ce binz?! Heureusement qu’internet existe, sinon ça aurait été panique à bord.. donc là, je tombe sur les pages précédentes et je comprends la situation.. »

« Donc après avoir vite fait regardé comment stériliser un ciseaux, je l’ai trempé cinq minute dans de l’eau bouillante, puis 5 min dans un flacon d’alcool, »

Cela s’inscrit dans une évolution des usages bien connue : les internautes ont tendance à de plus en plus se renseigner sur les maladies et les conditions corporelles via internet. On le sait, ces pratiques d’acquisitions de connaissances sont largement critiquées par le corps médical.

Chez cette jeune fille on remarque que ce mode de renseignement est particulièrement bien ancré : elle n’essaie pas de trouver d’autres source d’informations, elle accorde une fiabilité très grande aux informations recueillies sur doctissimo ce qui lui permet de ne pas « paniquer ». Ses sources d’informations sur le corps ne sont donc pas les sources « classiques » officielles ou validées : informations parentale ou médicale.

Partage

 Il est intéressant de noter que cette jeune fille ne fait pas que consommer l’information des autres doctinautes mais renvoie l’ascenceur :

« J’ai voulu écrire ce mail pour vous dire les filles, que si vous avez les nerfs un min solides et un miroir je crois bien que vous pouvez éviter une opération (enfin je vous tiens au courant si ya des complications mais je vois pas pourquoi.. après tout, arraché par un pénis ou découpé, l’hymen finit par être retiré..). Après faite bien gaffe à bien tout nettoyer et à stériliser les ciseaux. »

En partageant son expérience cette jeune fille ajoute aux informations qu’elle a trouvées pour réaliser son auto-opération une nouvelle connaissance.  Dans ce cadre, il y a court-circuitage du mode de production habituel des savoirs sur le corps, qui passent alors par un « système doctissimo ».

Processus de décision et protocole

Un autre point intéressant est que cette auto-opération ne s’inscrit pas dans une réaction de panique. La jeune fille prend le temps de consulter des informations, de stériliser ses ciseaux etc. Sa décision n’est pas irrationnelle, elle ne prend pas la forme d’un accès de stress. On le voit particulièrement bien dans ce passage, où la jeune fille explique son processus de décision en numérotant les arguments :

« Donc j’avais pas trop le choix, et h’ai décidé de couper cet hymen « à la pont » au ciseau.
J’avais pas vraiment le choix.
Et je me suis dit:
1) Y a des filles qui acouchent toutes seules, je peux bien donner un petit coup de ciseaux.
2) Tirer et arracher ça fait trop mal.
3) Le truc est insensible, donc le découper sera sans douleur.
4) J’ai pas le temps (ni l’envie) de prendre rdv pour une opération chirurgicale.. »

Il y a ici explicitation du processus de décision qui prend la forme d’une argumentation structurée. Loin d’exprimer une confusion ou une irresponsabilité, cette jeune fille donne différentes raisons qui ont donné lieu à son geste : un argument replaçant le geste dans son contexte (1), deux arguments sensibles (2 et 3) un argument pratique (4).

Cette prise de décision débouche sur la création d’un protocole opératoire tout aussi réfléchi ; dans le geste effectué, il n’y a pas de précipitation et d’actions incontrôlées :

« Donc après avoir vite fait regardé comment stériliser un ciseaux, je l’ai trempé cinq minute dans de l’eau bouillante, puis 5 min dans un flacon d’alcool,
J’ai repris le miroir, et j’ai commencé « lopération », j’ai eu à mis prendre qu’à deux fois, la première j’étais un peu impressionnée (c’était pas hyper beau, du sang partout, un tampon sur le fond et ce pont de peau au milieu..
enfin bref, avec un peu de musique, et une bonne respiration, j’ai tranché le truc d’un coup sec. »

On voit dans la succession des propositions qui décrivent toutes un aspect du processus, et s’inscrivent dans une certaine narrativité. Des « adjuvants » sont même mentionnés : « un peu de musique », « une bonne respiration ».

Construction des valeurs

 Enfin, ce témoignage est intéressant en ce qui concerne les valeurs qui y sont évoquées.

La première, c’est la fierté :

 « Je me voyais moyen débarquer aux urgences pour dire que j’arrivais pas à enlever un tampon.. je veux bien avoir l’esprit ouvert mais j’ai un min de fierté quand même.. »

Cette « fierté » est tout à fait particulière. Elle me semble résider pour cette jeune fille dans la maîtrise de son propre corps (en tant que celui-ci pose problème) sans avoir recours aux médecins. On assiste à un renversement des normes. L’attitude préconisée, « normale » serait d’aller consulter un·e médecin, comme je l’ai déjà dit plus haut. Or ici, cette perspective est rejetée comme bizarre, marginale, anormale : « je veux bien avoir l’esprit ouvert mais ».

La seconde, qui se manifeste en creux, c’est le peu de cas qui est fait de l’acte hétérosexuel et du pénis :

« Evidemment je ne conseille pas de le faire si on panique, tremble.. mais tranché par un coup de ciseaux revient au même que déchiré par un pénis il me semble, et ce dernier n’est pas forcément stérilisé à la perfection non plus.. »

Le pénis, dont l’importance dans les représentations n’est pas à démontrer, en prend ici pour son grade.

Au niveau discursif tout d’abord : l’utilisation de l’anaphorique « ce dernier » me semble le faire hautement chuter de son piédestal puisqu’il n’est même plus nommé. Au niveau symbolique ensuite : on discute de sa stérilisation, ce qui est assez incongru, et ce qui le place au niveau d’un simple objet de la vie quotidienne (un biberon etc.)

Je ne peux que penser de nouveau à Preciado qui fait des pénis des godes dans le Manifeste contra-sexuel ; le pénis me semble ici complètement relégué au rang d’objet, acquérant dans ce contexte la même valeur qu’une paire de ciseaux.

Plus profondément, il me semble y avoir une très grande remise en cause de la force symbolique de l’hymen et donc de la virginité chez cette jeune fille. Les relations sexuelles, la virginité, l’importance de l’hymen ne sont jamais mentionnées dans son témoignage. L’opération de l’hymen a ici un but essentiellement pratique : pouvoir mettre des tampons.

C’est en cela il me semble que tout un processus de construction de la sexualité et du rapport au corps « hygiéniques » et normaux (perte de l’hymen avec un homme, hymen associé à la virginité, problèmes du sexe devant être résolus avec un·e médecin) est détourné et hacké.


[1] Dans mon analogie, j’ampute le concept de Preciado de son inscription dans une pensée du libéralisme et l’industrie (pharmaceutique et pornographique). Pour Preciado hacker le genre, les pratiques de gender hacking s’inscrivent en lien étroit avec les dynamiques capitalistes et cette dimension économique est une composante très importante à la fois du concept et de la pratique. Cette dimension économique n’est pas pertinente dans le témoignage analysé, d’où les limites de mon emprunt.

 

Crédits : Nicolas Poussin, Hyménée travesti assistant à une danse en l’honneur de Priape.

 

Cite this article as: Noémie Marignier, "Hacker le sexe," in Corps et Mots , 23/06/2014, http://corpsmots.hypotheses.org/155.

 


Une réflexion au sujet de « Hacker le sexe »

  1. j’avais déjà lu le témoignage de cette jeune fille, quand tu l’avais posté sur twitter. Mais avec ton analyse en plus, c’est passionnant. Je suis très sensible au fait de reprendre le pouvoir sur son corps et du coup d’en déposséder la médecine (je dois dire que je suis assez phobique des médecins, que je considère bien souvent comme des sadiques en puissance, jouissant de tenir la vie des autres entre leurs mains…) et quand elle parle du pénis pas stérilisé, ça m’avait fait rire. Vraiment bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *