Le genre du genre

535870592_b91c58dbd0_o

De retour sur Corps et mots, je propose un billet un peu grinçant, qui se veut un pied de nez à tou.te.s ceulles qui pensent que le genre c’est le genre grammatical et que pour parler des individus on n’a pas besoin de cette notion et que sexe suffit.

Pour des réflexions plus approfondies sur la question voir ici ou par exemple  :  ou encore, les ouvrages de Houdebine, Yaguello etc.

Il s’agit ici de relever quelques confusions et remarques amusantes-consternantes dans une des grammaires les plus utilisées, Le Bon usage de Grevisse & Goosse (abrégés G&G par la suite) afin de montrer que même les grammairien.ne.s ne peuvent se contenter de la notion de genre grammatical.  A ceulles qui pensent que la langue française est une science exacte, il faudra donc expliquer que ce n’est pas tout à fait le cas…

Le Bon usage est une des grammaires de référence, et constitue plutôt un répertoire des usages qu’une grammaire prescriptive, avec une dimension historique forte. C’est en cherchant le genre (grammatical pour le coup) d’un mot absurde type échappatoire, équinoxe, obélisque, anicroche etc. (je commets régulièrement des fautes de genre – il faut croire qu’on ne choisit pas son sujet de thèse pour rien) que je suis tombée sur la presque centaine de pages consacrée au genre dans le Bon usage. (Par comparaison, la question du genre occupe moins de 5 pages dans la Grammaire méthodique du français ; j’avoue avoir du mal à m’expliquer cette différence de traitement)

Je passe sur les exemples qui demanderaient une analyse plus approfondie et ne retiens que les choses les plus grossières. Point terminologique :  je refuse de parler de sexe pour parler du genre (social) contrairement à G&G et parlerai donc dans mon propre discours de genre pour désigner celui-ci. J’essaierai d’expliciter au maximum en utilisant les termes  genre grammatical ou genre social, même si cette dernière expression est redondante. Pour G&G en revanche il n’y a qu’un seul genre : le grammatical.

Mon texte est un peu à charge, et je dois reconnaître que G&G ne sont pas non plus de farouches opposants à la féminisation de la langue puisqu’ils concluent ainsi leur paragraphe sur les noms de métiers  :

« […] On peut penser que ces formes nouvelles (qui surprennent aujourd’hui comme avocate jadis), du moins celles d’entre elles qui exploitent les procédés traditionnels, sont dans le droit fil d’une évolution elle-même justifiée. » §487

Mon propos est moins de critiquer G&G que de montrer qu’une réflexion sur le genre (grammatical) ne peut se passer du genre (social).

Commençons au chapitre « Le nom », section 2 : « Le genre des noms animés », paragraphe 485 « Le genre est conforme au sexe ». Après avoir expliqué dans la section précédente que le genre grammatical des noms inanimés est arbitraire (ex : une table, un tabouret), les grammairiens nous expliquent que lorsqu’il s’agit de noms d’êtres animés humains, il existe une relative concordance entre sexe et genre grammatical. On dira une femme, une mère, une amante (noms de genre grammatical féminin et de genre social féminin) etc. On dira un homme, un père, un amant. Cela rentre donc dans la catégorie « Le genre est conforme au sexe » pour nos grammairiens peu conscients des questions trans*. Cette catégorie est expliquée de la manière suivante :

« Beaucoup d’oppositions entre le masculin et le féminin correspondent à la présence de la notion « être mâle » d’une part et de la notion « être féminin » d’autre part. » §485 a

Donc, en toute objectivité, on découvre que le pendant de l’ « être mâle » n’est pas l’ « être femelle » mais l’ « être féminin ». On est ici dans une confusion classique sexe/genre : mâle et femelle se situant en effet normalement dans le domaine du sexe (biologique) et masculin-féminin dans le domaine du genre (social)

 Poursuivons sur cette question des noms qui réfèrent à des êtres humains, et dont le genre grammatical est « conforme au sexe » selon les auteurs :

«  Parmi les noms dont le genre est conforme au sexe, certains s’appliquent uniquement, soit à des hommes, soit à des femmes. […]

Féminins :

– la raison est objective parce que liée à l’anatomie et à la physiologie : Accouchée, nourrice, parturiente, primipare, tétonnière, vierge. On pourrait citer ici odalisque, femme d’un harem, et virago, femme d’allure masculine, ou des noms exotiques, comme geisha. » §485 c

 La raison est objective nous dit-on, car « liée à l’anatomie et à la physiologie » On découvre donc qu’être vierge est une condition anatomique (que des femmes naissent sans hymen n’a pas du être porté à la connaissance de G&G). Là encore, confusion entre sexe et genre (social). Il en est de même pour virago.

Mais plus étonnant est le cas de geisha qui devient une question anatomique. Etre geisha n’est pas une condition anatomique, mais bien un statut social ou artistique. Il semble que ce qui explique cette catégorisation par leurs auteurs c’est la connotation séductrice et sexuelle du mot et de la fonction de geisha. La séduction est  alors une affaire de physiologie et d’anatomie, ce qui est pour le moins naturalo-sexiste. Ici la confusion se joue avec un troisième pôle, celui de la sexualité.

On trouve ensuite une pique faite aux féministes qui, on le sait, ont toujours des combats inutiles (renommés ici avec bon goût conquêtes)

« Sans vouloir mettre le phénomène parmi les conquêtes du féminisme, on doit considérer que le mot très familier cocu, auquel les dictionnaires ont donné longtemps une application restrictive (« mari dont la femme est infidèle », écrivait encore le Petit Robert en 1989), se dit aussi des femmes. » §485 c

Enfin, à propos de la féminisation des noms, G&G notent que le débat est particulièrement rude. Ils écrivent alors ce passage qui commence bien mais finit mal, même si on peut y lire une certaine lucidité :

« Le débat est parfois faussé par les a priori. Certains considèrent tout changement comme nuisible ou malsonnant (façon subjective d’exprimer l’inaccoutumance). D’autres ne voient les mots que sous leur vêtement orthographique. Plus fondamentalement, le genre grammatical est assimilé à la différenciation sexuelle. Or, environ un nom sur cinq en moyenne doit son genre à cette différenciation. Même quand il s’agit des êtres humains, il y a des circonstances où l’on fait abstraction de leur sexe. Dans ce cas, c’est souvent au profit du masculin. Peut-être y a-t-il parfois des raisons sociales, mais d’une manière générale le genre masculin est le genre indifférencié, asexué. » § 487 a

Le genre masculin asexué ?

CQFD.

 Crédits photos : valilouve, Langage, grammaire, la boîte des fonctions, CC

Cite this article as: Noémie Marignier, "Le genre du genre," in Corps et Mots , 11/06/2014, http://corpsmots.hypotheses.org/136.

3 réflexions au sujet de « Le genre du genre »

  1. Wouhaaaa! t’as pas peur qu’alain finkelkraut te tombe dessus sans ménagement? 🙂
    je me rappelle extrêmement bien de ma prof de français de 6e nous expliquant que la grammaire française était sexiste, et c’est resté depuis (enfin, elle l’est parce qu’on la construite ainsi bien sûr) et donc on apprend que les féministes n’ont pas fait la conquête du cocu 🙂 ben dis donc, c’est intéressant les livres de grammaire, je devrais en lire plus souvent!

    1. Tu as eu de la chance, moi il a fallu que j’attende un peu plus longtemps avant qu’on me le dise ! Mais oui, on oublie que la grammaire, c’est amusant aussi. 🙂

  2. Dans les armées, où le personnel était jusqu’il y a peu exclusivement masculin, la différenciation entre genre grammaticale et sexe est beaucoup plus fine. Une sentinelle restait un homme. Une recrue aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *